L’injustice …

Rien à dire

C’est bien ça le pire

Il faut que tu te taises

C’est ça qui me pèse

Il faut que tu t’inclines

C’est ça qui me chagrine

Il faut que tu mentes

C’est ça qui me tourmente

Il faut que tu te venges

C’est ça qui me dérange

Il faut que tu doutes

C’est ça qui me dégoute

Demande moi de rire

C’est tout ce que je peux faire de pire!!!

-dimdamdom-

Voici ma participation au premier défi poésie mené par Jill Bill

chez les Croqueurs de Môts

sur le thème de l’injustice.

Vos gueules les hiboux !!!

Pour ce défi poésie dont je suis la meneuse chez les Croqueurs de Môts

encore une fois j’ai sorti un poème de la cale du batô.

Pardonnez-moi si je me répète, mais voilà,

celui-ci à mon humble avis est incontournable.

A force de le ressortir, qui sait peut-être un jour il attirera l’intérêt d’un éditeur.

Alors voilà mon poème sur le thème des vacances 😉

 

Vos gueules les hiboux …

A la mi-août

Nous voilà sur la route

De retour de vacances

Au revoir douce France

Quand soudain un éléphant roux

Passe devant nos roues

Mon chéri fait une embardée

Pour éviter l’animal effrayé

Voilà qu’il freine comme un fou

Et nous nous retrouvons sur un chemin de cailloux

Il fait presque nuit

La lune dans le ciel luit

Sur une branche deux majestueux hiboux

Crient “hou hou”

Mon époux tente de redémarrer

Le moteur semble peiner

Il sort et se met à genoux

Pour regarder en dessous

Malgré l’obscurité

Il voit que la roue a pété

Voilà qu’il se met à pester contre cette ogresse

En fin de grossesse.

Il sait qu’avec une voiture

Quand la roue pète c’est la mort sûre

Il souffre de partout

Ce qui lui fait faire une vilaine moue

Maintenant il faut bien

Appeler un mécanicien

Pour le changement de cette fichue roue

Dans laquelle il y a un énorme trou

Oui mais comment le payer

En vacances nous avons dépensé tous nos deniers

Aux enfants il ordonne de donner tous leurs joujoux

Vous les auriez vu pleurer les pauvres choux

Le mécanicien fut appelé

Et la roue réparée

Mais il refusa les joujoux

Leur préférant mes bijoux

Tout est bien qui finit bien

Dans cette histoire qui ne ressemble à rien

Et sur leur branche les deux hiboux

Continuaient à faire “hou hou”…

Après notre mésaventure

Avec notre voiture

Le mauvais état des genoux

De mon époux

Nous reprenions la route

Cette nuit de la mi-août

Les enfants avec leur joujoux

Et moi dépouillée de mes bijoux

Nous roulions gentiment

Nous éloignant lentement

Des deux hiboux

Qui faisaient “hou hou”

La fatigue se faisant sentir

Nous cherchions un coin pour dormir

Mon mari prit cette fois un petit chemin de boue

Parsemé de quelques cailloux

Il faisait nuit

La lune se cachait derrière des nuages de pluie

Et sur une branche “hou hou”

Faisaient toujours deux hiboux

A l’arrière les petits choux déjà endormis

Mon tendre amour et moi de la voiture sommes sortis

Quand soudain nous glissions dans la boue

Encore un peu nous nous rompions le cou

Mais très vite nous prenions du plaisir

A nous vautrer dans cet élixir

Sous le regard des deux hiboux

Qui faisaient maintenant “bou bou”…

Après le cauchemar

De la mare

C’est dans une clarté entre chien et loup

Et recouvert de boue

Que nous essayions de nous agripper

Pour jusqu’à la voiture nous hisser

Et qui donc faisaient toujours “hou hou”?

Ces deux crétins de hiboux

Soudain mon mari

Lança un horrible cri

Voilà qu’il était prêt à s’embourber

Il fallait que je trouve une bouée

J’étais moi même dans la boue

Jusqu’aux genoux

Pour la suite pardonnez mon indécence

Digne d’une gamine pas encore sortie de l’adolescence…

J’eus juste le temps d’enlever mon slip

Croyez moi ça valait bien un vidéoclip

Oui mais pas de caméra dans les joujoux

De mes petits choux

Je lui envoyais donc de mon slip l’élastique

J’en conviens que cela n’est guère pratique

Il me promit que si par magie je le sortais de cette boue

A notre retour il me couvrirait de bijoux

Et m’emmènerait voir un spectacle de travestis

Ces mecs déguisés qui s’exhibent dans les cabarets de Paris

Quel air pathétique

Pour son premier envol à l’élastique

Et toujours les deux hiboux incrédules

Qui de leur branche hululent!!!….

Après cette histoire mythique

Du saut à l’élastique

Et ces hiboux

Qui sans cesse faisaient “hou hou”

Nous reprenions la route

En cette nuit tragique de la mi août

Nos enfants tenaient sur leurs genoux

Leurs derniers joujoux

Tandis que mon mari et moi

Etions encore tout en émoi

Nous avions une faim de loup

De Bruxelles nous rêvions de choux

 Fallait-il encore les accommoder

Avec un morceau de viande de notre boucher

Oui mais voilà nous n’avions plus un sous

Ni même de bijoux

Sur la branche toujours les deux hiboux

Qui faisaient “hou hou”

Ne voulant pas les tuer

Tout au plus les effrayer

Mon mari lança des cailloux

Pour faire fuir les sacs à poux

Mais c’est complètement sonnés

Que tous les deux de l’arbre sont tombés

Il ne nous manquait plus que les choux

Pour manger les hiboux à la mode de chez nous

Pendant que mon chéri s’occupait de la flambée

Et se chargeait de les déplumer

A défaut de choux je me décidais de préparer un court bouillon

De chenilles avant transformation en papillon

Accompagnées d’oeufs de cafards

En éclosion, met, dit-on, aussi fin que du caviar

Au moment de planter la fourchette

C’est éperdues que les pauvres bêtes

Qui nous avaient accompagnés jusqu’au bout

Se mirent à crier “pas nous pas nous”

-dimdamdom-

Bienvenue chez les Croqueurs de Môts

Pour cette quatrième rentrée, peut-être cinquième, je ne sais plus trô,

en tant que commandant de la célèbre coquille,

juste après Brunô, le fondateur, suivi de Tricôtine

qui tricotait si bien les Môts

j’ai proposé qu’ensemble nous donnions

à de nouveaux moussaillons , l’envie de nous rejoindre

dans cette formidable aventure des Môts.

Pour se faire j’ai demandé de créer sur votre blog

un texte drôle ou pas, en prose ou en vers,

d’utiliser des images, photos, vidéos, tout ce qui vous passe par la tête

et d’inviter les gens au voyage des Môts .

Pour ma participation, j’ai ressorti des cales du navire

un petit poème que beaucoup connaissent

qui me tient très à coeur.

Ce poème désuet reflète bien ma vision de la blogosphère,

depuis dix ans que je navigue sur les flôts des Môts.

Si cela vous tente, je vous invite à nous y rejoindre

sans aucune contrainte, juste pour le plaisir de voyager ensemble.

Mais attention s’il n’y a pas de contraintes, il y a des règles à suivre.

Bon vous me suivez ???

Si oui c’est par ici, anciens, irréductibles et nouveaux

soyez les bien venus là-bas …

Le blog de la communauté des Croqueurs de Môts

Dis papa c’est vrai que la politesse

 C’est de ne pas montrer ses fesses

 Tu n’as pas tort

 Mais encore!!!

 La politesse

 C’est rendre avec délicatesse

 Des mots de tendresse

 A ceux qui te les adressent

 Dis papa , un égoïste, tu crois

 Que c’est quelqu’un qui ne pense pas à moi

 Tu n’as pas tort

 Mais encore

 Un égoïste n’est épanoui

 Que si on ne pense qu’à lui

 Il dort la nuit

 Le monde peut s’écrouler autour de lui

 Dis papa, c’est vrai qu’un blog

 Est un endroit où l’on dialogue

 Tu n’as pas tort

 Mais encore

 Un blog est un endroit de partage

 Où de page en page

 Il s’en dégage

 Des sentiments sages

 Alors papa suis-je assez sage

 Pour commencer ce partage

 Oui si tu respectes les mots

 Que je t’ai dits plus haut

 Et si tes mots

 Jamais ne sonnent faux

 -dimdamdom-