Sur un air de ….

Hier je cherchais mille excuses pour ma participation au défi 256 mené en toute

simplicité par notre Québecoise préférée, chez les Croqueurs de Mots,

et ça m’a turlupiné toute la nuit.

Puis j’ai pensé à ce poème retrouvé dans mon grenier ,

que j’avais commencé à écrire pour un concours

auquel je m’étais inscrite et auquel finalement je n’ai jamais participé

par manque de temps.

Pour l’occasion j’y avais ajouté trois paragraphes…

Je devais faire un texte de minimum 6000 caractères,

il m’en manque encore environ 3500 😆

Je ne suis pas certaine d’y arriver, mais je suis très heureuse

de chaque fois y ajouter  un nouveau paragraphe en hommage

à des artistes trop tôt disparus ou un peu oubliés.

Je trouve que ce poème  colle parfaitement au thème du défi

proposé par Colette.qui nous demandait d’assembler des phrases

pour en faire un texte cohérent, à partir de phrases de chansons

sur le thème de l’automne ou celui de notre choix,

&&&&&&&&

 

Ce matin en me levant

J’avais une folle envie

De m’envoyer en l’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois hôtesse de l’air

 

Comme le dit dans la chanson

Le si léger Jacques Dutronc

Qui n’a rien d’une diva

Mais tout d’un Casanova

 

Ce matin il faisait beau temps

J’avais très envie

De rester dans mon rocking chair

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois voluptuaire

 

Comme l’était Emmanuelle

Aussi belle qu’une demoiselle

Qui les dimanche sur sa balançoire

Montrait ses jambes sous son jupon noir

 

Ce matin pas un souffle de vent

Pourtant j’avais bien envie

D’aller prendre un bol d’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois pompeuse d’air

 

Comme l’était Liz Taylor

Dont les disputes valaient de l’or

Avec son célèbre Richard Burton

Qu’elle rendait furibond

 

Ce matin derrière mon paravent

Je n’avais aucune envie

D’avoir les fesses à l’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois nonne au couvent

 

Comme l’était Soeur Sourire

Qui n’est pas morte de rire

Mais d’avoir tout quitté

Pour une femme qu’elle a aimée

 

Ce matin les cheveux au vent

Je n’avais qu’une envie

D’aller à la montagne prendre l’air

Ne croyez pas cependant

Que je n’aime pas les vacances balnéaires

 

Comme le disait Jean Ferrat

Qui n’habitait pas le Cap Ferrat

Que la montagne est belle,

Comment peut-on s’imaginer

En voyant un vol d’hirondelles,

Que l’automne vient d’arriver ?

 

Ce matin tempête et vent

J’avais très envie

De sortir de ma bulle d’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je manque d’air

 

Comme Mam’selle Bulle

Qui comme un funambule

Avait rêvé de s’envoler

De s’envoler pour tout quitter.

 

Ce matin tapis blanc

J’avais très envie

D’enfiler un mohair

En sortant j’ai eu peur cependant

De glisser sur mon derrière

 

Comme Jacques Higelin

Retombé en enfance au pied du grand sapin

Tombé comme un météore

Dans les poches de Balthazar, Gaspard, Melchior

 

Ce matin voilà le printemps

J’avais très envie

De respirer le bon air

Il faut savoir cependant

Qu’en ville c’est la galère

 

Comme le disait Michel Fugain

Dans un de ses refrains

Regarde les rues de la grande ville,

Regarde les murs de la grande ville

 

Ce matin malgré le vent

J’avais très envie

D’aller prendre l’air

J’ai entendu cependant

Que pour notre survie

Il fallait éviter la pollution de l’air

 

Comme le dit Philippe Geluck dans son dicton

Je pense sincèrement que la pollution

Ce n’est pas aussi grave qu’on le dit…

C’est beaucoup plus grave qu’on le dit.

 

Ce matin sale temps

J’ai eu une furieuse envie

De tout envoyer en l’air

Ne croyez pas cependant

Que je fasse une crise de nerfs

 

Comme le disait Serge Lama

Parlant de sa Falbala

Depuis qu’elle a sa crise de nerfs

Elle ira à Cannes cet hiver

 

Ce matin avec mes grands airs

J’espérais faire mon grand numéro

Ne croyez pas cependant

Que je sois aussi costaud

Que le dit Alice Donna

 

J’ai l’air comm’ça

Costaud et tout

Genre qui pleure pas

Genre qui s’en fout

 

Depuis tout un temps je vis en dehors du temps

Voilà pourquoi ce matin je n’avais pas envie

D’aller prendre un bol d’air

J’ai peur cependant

De manquer d’air

 

Comme le dis Manom D’Inverness

Dans ses chansons pleines d’ivresse

Dans c’qui forme mon univers et tout ce qui diffère

J’ai peur à mes repères, j’ai peur de manquer d’air

 

-dimdamdom-

Parce que …

Parce que …

Ils ont été nombreux à le chanter

Charles Aznavour, Serge Gainsbourg, Barbara, Vianney …

Moi je ne sais pas chanter, je sais écrire, oui mais …

Je n’ai pas d’inspiration, parce que …

Je suis fatiguée, je ne trouve plus les mots, je n’ai plus confiance en moi…

Tout ceci ne sont que des excuses, j’en suis consciente

Aussi pour participer au défi 256 mené par Colette, chez les Croqueurs de Môts,

qui nous demandait d’assembler des phrases pour en faire un texte cohérent,

à partir de phrases de chansons sur le thème de l’automne ou celui de notre choix,

j’ai choisi un sketch de Muriel Robin.

On vient d’me… remettre une lettre. Je crois qu’c’est mon fiancé !
J’vous demande deux p’tites minutes, hein, j’voudrais être fixée…
J’vérifie quand même…
Ma chérie,
– C’est moi… j’vais lire alors, hein ? Deux secondes ! J’vais m’mettre là, ce sera pas plus mal, moi, tiens ! Allez ! Alors…
Ma chérie, je t’écris d’Amsterdam où je me sens si seul sans toi, je ne sais pas vivre sans toi, je t’en supplie :
Ne me quitte pas, il faut oublier, tout peut s’oublier…

– Enfin y’a des trucs que j’ai bien en travers moi, quand même, hein, mais enfin bon !
Qui s’enfuit déjà…
– Quoi ? « Qui s’enfuit déjà ? ». J’comprends pas c’que ça veut dire.
Excusez-moi, j’suis un peu troublée, j’m’attendais pas à une lettre comme… Je, je reprends, alors…
Il faut oublier, tout peut s’oublier, qui s’enfuit déjà…
– Pour moi, ça n’veut rien dire, hein ! Aaah, d’accord !
« Il faut oublier, tout peut s’oublier… [pause] Qui s’enfuit, déjà ??? »
Bon, qui s’enfuit déjà, on l’saura pas, euh… je sais pas euh… y’a pas plus, y’a rien, alors euh… bon… alors !
Oublier le temps des malentendus et le temps perdu à savoir comment,
Oublier ces heures qui tuaient parfois à coups de pourquois le cœur du bonheur…

– Des heures, des après-midis, des weekends entiers… Ah oui, hein ! Le jour, la nuit…
Lui, c’est un garçon, ça n’le dérangeait pas d’me réveiller à 4 heures du matin pour savoir si j’l’aimais.
Moi, à 4 heures du matin, je n’aime personne, JE DORS !
Non, cette histoire de lit, ça m’fait des palpitations, enfin bon… alors, après…
Ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas…
– Ça m’rappelle une chanson, moi, ça ! Je sais ! Serge Lama ! ‘Je suis malade’…
C’est ça, c’est toujours ces garçons qui vous font du chantage affectif en fin de compte…
Et c’est quand on s’en va qu’ils s’rendent compte de votre valeur, voilà ! Alors…
Moi, je t’offrirai des perles…
– J’en veux pas d’tes perles ! Il pense que c’est avec des cadeaux qu’il va rattraper l’coup, lui ?!
Je sais très bien pourquoi il m’met ça :
Parce qu’une fois déjà, on s’était disputés et il m’a eue comme ça… avec une grenouille !
Oui, parce que j’fais la collection de… de grenouilles.
Oh ben alors, la semaine dernière, j’étais dans les Pyrénées, j’en ai trouvé une sur un p’tit marché…
Elle est, pff, j’sais pas, elle est grande, oh elle est comme ça, elle est en faïence… … . D’accord, ça ira…
… de pluie…
– [pause]…
C’est pas clair, son truc, hein !
Moi, je t’offrirai des perles de pluie venues de pays où il ne pleut pas
– Très fort, toujours plus malin qu’les autres ! Oh non, mais ça c’est…
Je creuserai la terre jusqu’après ma mort
– [pause]…
… pour couvrir ton corps d’or, et de lumière…
– Faut quand même que j’vous dise une chose importante, il se droguait déjà avant que j’le connaisse !
Je ferai un domaine, où l’…
– Quand j’lis ça, ça m’fait un p’tit chkrouchfougnou parce que… il voulait faire plein d’choses, et j’aimais bien ça.
Euh, c’est vrai en lisant ça, oui, j’ai une image très précise où un jour il a débouché dans la chambre en disant :
– « Oui, si j’avais un marteau, je cognerais le jour, je cognerais la nuit…  »
Je l’connais, il y aurait mis tout son cœur ! Il voulait faire une ferme, une grange avec une histoire d’barrièr…
Et alors, il allait y mettre du monde là-d’dans : son père, sa mère, ses frères et ses sœurs ! Le bonheur, hein, on peut l’dire !
Ça, pour les projets, y’avait du monde, hein ! J’dis ça parce que… j’l’attends encore l’domaine, m’enfin bon, c’est pas… alors…
Je f’rai un domaine où l’amour s’ra roi, où l’amour s’ra loi, où tu seras…
– J’lis pas c’qu’il a mis, là, alors…
… où l’amour s’ra roi, où l’amour s’ra loi, où tu seras…
– RUINE ?!? Hein ? ça doit pas être ça. On va dire qu’c ‘est pas ça parce que ça va m’contrarier…
Ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas…
– C’est pas qu’j’les compte, hein ! Mais y’en a quand même dix depuis l’début ! Je pense que c’est l’idée maîtresse de la lettre !
Je t’inventerai des mots… insensés !… que tu comprendras …
– Mais, c’est très gentil…
Je te parlerai de ces amants-là qui ont vu deux fois leurs cœurs s’embraser…
– Vois pas du tout pourquoi il m’met ça, mais enfin…
Ah si, c’est des amis à nous, Madeleine et Émile ! Bien sûr…
Ils étaient ensemble, ils ont cassé, ils s’sont plus vus et le jour où ils s’sont r’vus, plrlrlr… c’est r’parti !
Enfin, belote… et re-belote ! Enfin… « Deux fois leurs cœurs s’embraser »… Ah oui, oui… c’est joli, d’ailleurs, comme histoire…
Emile, je l’vois peu mais enfin, Madeleine, on est carrément… on est amies !
D’ailleurs, hier… j’l’ai attendue, Madeleine… [pause]
Oui parce que… on devait aller au cinéma, elle aime bien ça, Madeleine, la prochaine fois, j’lui apporterai des… enfin, bon !
… je te raconterai l’histoire de ce roi, mort de n’avoir pas pu te rencontrer…
– Eh ben, c’est pas ma faute ! « Ce roi mort de n’avoir pas pu te rencontrer » : en même temps, c’est très… très joli, hein…
C’est très joliment.. oui, je l’vois bien mais j’veux pas marcher à ça parce que… oh, j’suis embêtée, vous savez…
Ne me quitte pas, Ne me quitte p…
– Mmm.. Donc, là, on a notre paquet d’quatre, hein ! J’vous les passe, hein, c’est pas la peine…
On a vu souvent rejaillir le feu de l’ancien volcan qu’on croyait trop vieux…
– [pause]. (Elle ne paraît pas trop contente)…
Il est paraît-il des terres brûlées donnant plus de blé qu’un meilleur avril…
– Comment j’dois l’prendre, ça, à votre avis ?
J’sais pas, il a l’air de dire que « c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes »…
à ce moment-là, le vieux pot, c’est moi ! Franchement, c’est pas l’passage que j’préfère, hein !
Il a quand même le chic pour m’en servir une juste avant la fin, hein ! Bon, ça va bien, j’vais pas m’énerver pour ça…
Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboie…
– [elle s’énerve et elle tape sur la lettre comme pour la remettre à plat]…
Tu sais c’qu’il te dit, le vieux pot ? Excusez-moi, ça m’a echappé, j’suis un p’tit peu contrariée, là… Bon, alors…
… Et quand vient le soir…
– (Donc) [elle retape sur sa lettre]…
… pour que…
– [retape sur sa lettre]…
N’empêche que l’vieux POT… t’étais bien content… Bon, ben ça va bien, laisse tomber… alors…
Et quand vient le soir, pour qu’un ciel flamboie, le rouge et le noir ne s’épousent-ils pas ?
– Mmmm ? [sur un ton de défi]
Ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas
– T’avais qu’à y penser avant !!! Voilà !
Je ne vais plus pleurer…
– Mmm, m’étonnerait ça ! … Je n’vais plus prendre, je n’vais plus vendre… eh oui, ‘-ER’, c’est bon !
Je ne vais plus pleurer, je ne vais plus parler, je me cacherai là à te regarder danser et sourire…
– [pause]…
… et à t’écouter chanter et puis rire…
– Oui, moi, j’pense que… [elle met son poing sur son nez pour montrer qu’il doit être saoul]… j’vois qu’ça !
Ça m’fait beaucoup d’peine, mais j’vois qu’ça, hein !
Laisse-moi devenir l’ombre de ton ombre…
– Mmmm.. bien sûr !
… l’ombre de ta main…
– Oui… ben on va faire comme ça, y’a pas d’raison, non plus, hein !
… l’ombre de ton chien !
– En plus, ça va faire plaisir à tout l’monde, ça !
Ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas, ne me quitte pas…
– Alors, si, justement ! « Je te quitte, je te quitte, je te quitte… je le quitte » !
C’est pas un garçon comme ça qu’il m’faut ! Ah non, c’est pas reposant, c’est trop compliqué…
Je sais même pas comment ça marche, j’suis pas même équipée pour, alors !
Bon alors, à côté de ça, je r’connais qu’c’est très très joliment écrit, je l’sais…
Je l’sais parce que c’est un p’tit peu comme ça qu’il m’a eue… Ben oui, c’est joli, quoi… c’est les poètes !
Moi, je marche à ça, quoi, c’est, c’est, c’est.. magique ! C’est magique !
Y’en a un, un qu’j’aimais beaucoup… oh, j’suis sûre que vous l’connaissez tous.
Il s’appelait… Jacques…
… Prévert !

Mots à maux

Il y a les mots que l’on dit

Et ceux que l’on ne dit pas

Il y a les mots que l’on voudrait dire

Les mots que l’on ne veut pas dire

Les mots que l’on ne peut pas dire

Et ceux qu’on finit par dire.

Il y a les mots doux, les mots tendres

Ceux que l’on dit avec le coeur

Il y a les mots durs, les mots douloureux

Ceux que l’on dit avec la tête

Il y a les mots vrais, les mots révoltants

Ceux que l’on dit avec les tripes.

Il y a les mots fous

Fous d’amour, fous d’amitié

Fous de tendresse,

Les mots fous de joie, fous de rire

Fous de bonheur

Fous de réconfort, fous d’attention

Puis il y a les mots, fous de rage

Fous de colère, fous de haine

Fous de méchanceté,

Fous de tristesse, fous de déception.

Fous de douleur, fous de souffrance

Fous d’injustice

Il y a les mots hésitants

Les mots que l’on susurre

Les mots que l’on crie

Les mots que l’on hurle

Et les mots que l’on écrit

Il y a les mots qui sonnent faux

Les mots sincères.

Ceux qui vous blessent

Ceux qui vous hissent

D’autres qui retentissent.

Et d’autres qui s’enfouissent.

Il y a tant de mots

Et tous les maux

Ont leurs mots.

-Dimdamdom-

Ceci est mon tout premier poème

Des mots inspirés par un mal être

Sur cette planète

Pas toujours nette.

Dix ans se sont écoulés

Et ces mots me parlent toujours

J’aurais pu les corriger

Car je les trouve bien hésitants et maladroits

Mais ils étaient si sincères

Que je préfère ne rien changer

Ce sont mes mots!!!

C’est ma participation au premier jeudi poésie, défi 256

chez les Croqueurs de Môts

mené en toute simplicité par Colette