Le jour où je me suis aimé pour de vrai …

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle authenticité

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente,
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue
à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation,
ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien
que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts,
et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire :
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle amour-propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire des grands plans.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, j’appelle ça simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à toujours avoir raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois, et ça s’appelle plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
Elle devient un allié très précieux.

Charlie Chaplin

Il y a longtemps que j’attendais ce jour,

J’ai conscience que j’ai encore du chemin à faire

Mais je suis sur la bonne voie.

Merci à vous pour votre belle écoute.

Voici ma participation au second jeudi poésie

pour le défi 196 mené en toute simplicité par Colette

chez les Croqueurs de Môts.

16 réflexions au sujet de « Le jour où je me suis aimé pour de vrai … »

  1. J’avais eu l’occasion de lire ce Chaplin… ah l’estime de sois plutôt que le complexe d’infériorité, ou de supériorité, un juste milieu pour vivre bien dans sa peau avec les autres… bonne nuit Dim, bises

  2. Merci Jill 😉
    Que je suis heureuse de retrouver cette estime de soi qui a été tellement bafouée, à tel point que j’ai peur de me prendre la grosse tête mdr!!!
    Bonne nuit Jill.
    Bisous.

  3. Merci beaucoup Domi pour le partage de ce beau texte de Chaplin. Je me reconnais tout à fait sur tous les points. Je viens de comprendre en le lisant que j’avais maintenant l’estime de moi qui m’a tant fait défaut pendant 60 ans.. Bisous et bon week-end.

  4. Pour savoir aimer les autres il faut commencer par s’aimer soi.
    Un poème que j’aime et que j’ai souvent édité sur le blog!
    Bisous et caresses à la mimine.

  5. Bonjour,
    Une bonne poésie qui fait du bien et prendre conscience de son estime est une belle oeuvre sans pour autant devenir quelqu’un de supérieur ou inférieur, bien au contraire, on prend du recule, bon je crois que j’ai encore du chemin a faire.
    Bonne fin de semaine
    Bises

  6. Ben ça alors ! Lorsque j’ai ouvert, je n’en suis pas revenue de voir 2017 ! Je crois que, depuis un an, tu as fait encore bien du chemin, au propre comme au figuré !
    Je me dis que j’ai encore beaucoup de chemin à faire !
    Bisous de 2018 Domi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *