Dis moi qui tu votes, je te dirai qui tu es ….

Demain la France vote

Le choix n’est pas facile

Entre utopistes et ripoux

Certains dénotent

D’autres horripilent

Dans la famille grand mou

On voudrait l’antidote

Dans la famille évangile

On trouve un filou

Dans la famille dévote

Madame n’est pas xénophile

La famille gros sous

Reste trop à la cote

Dans la famille chef de file

Bienvenue au royaume des fous

Pas facile de laisser un vote

A tous ces débiles ….

– dimdamdom-

Image de prévisualisation YouTube

Personnellement je ne peux pas voter

Mon choix aurait été difficile

Mais je sais une chose

Jamais je ne pourrais voter ça …

Poing virgule ….

Un jour j’ai écrit ceci :

Est poète aussi celui qui vous donne l’envie

d’aimer la poésie en partageant des mots jolis

empruntés à autrui.

Aussi aujourd’hui pour le deuxième jeudi poésie

chez les Croqueurs de Môts, mené par Martine (Quai des rimes)

j’ai eu envie de partager avec vous ceci!!!

Le thème demandé est  le mot « Fin »

On met souvent à la fin d’une histoire un point final

J’ai bien essayé dans ma vie de m’en tenir à ce point

mais chaque fois il était suivi d’un autre … puis d’un autre

pour finir par une vie en suspension

Alors pour arrondir les angles j’ai fait comme dans la chanson

j’ai transformé mes poings en virgule …

J’ai changé

J’ai pris du recul

J’ai tourné ma langue dans ma bouche

Transformé mes points en virgule

J’ai mis de l’encre bleue dans mes cartouches

Il y avait là

Au fond de moi, l’âge

Et maintenant que j’ai tourné la page

Je suis à mal

D’éviter le conflit

Je mets mes points dans la poésie

Et quand je pense au passé

Ca me saoûle

Quand sur mes doigts

Il y avait des ampoules

C’est révolu

Je les ai mis KO

Je suis à nu

Je repars à zéro

Quelques mots d’amour

Me feraient du bien

Un peu tous les jours

Quelques mots d’amour

J’en ai besoin

Quelques mots d’amour

Dans des gants de velours

J’ai rangé mes points

Et c’est un choix

Un art de vivre

Que de laisser

Les points dans les livres

Une forte cause l’amour dans mon micro

Et ces poèmes se changeront en flots

J’ai mis mes points

Entre parenthèse

Dorénavant je me sens balaise

Si tu vois rouge

Prends un petit bol d’air

Et chante ces quelques mots

A ta manière

-Maya Barsony-

 

Le début de la fin ou l’inverse !!!!

Pour ce lundi de Pâques

Je vous fais un shampoing au oeufs deux en un 🙂

D’une part …

Pour ce 184ème voyage Martine (Quai des rimes) a le plaisir

de prendre la barre de la goélette des Croqueurs de Mots

Pour le défi de ce lundi 17 avril 2017

Elle cite ci-dessous 8 premières phrases de livres (incipit)

et 8 dernières phrases (explicit).

Je ne vous donne que celles que j’ai choisies.

Le défi consistera à choisir un début

et une fin de roman et d’écrire l’histoire (en prose ou en vers)

pour lier le début à la fin

Début de roman

« Je ne sais pas trop par où commencer« .

Philippe Claudel – Les âmes grises

Fin de roman

« – Alors, qu’est-ce que t’as fait ?
– J’ai vieilli. »

Zazie dans le métro – Louis Pergaud

D’autre part …

Pour le défi « L’alphabet à thème »

Les mots étaient :

Kakatoès – Kalachnikov – Kamasutra

Je ne sais pas trop par où commencer …

Je pourrais vous parler de Mémé Jeanne et son affreux Pépé

mais j’ai peur de vous lasser .

Et puis zut, j’ai trop envie de décharger ma kalachnikov

sur ce kakatoès de mes fesses.

Alors laissez moi vous raconter une petite histoire coquine.

Oh mais je vous vois déjà outrés

Le Kamasutra un week-end de Pâques

Est-ce bien permis???

Et bien voyez-vous j’ai demandé la permission

A monsieur le curé qui m’a dit ceci :

Bien sûr que vous pouvez, mais uniquement

Avec votre conjoint (Pépé)

Il faut que ce soit une punition

Pas un plaisir .

Donc la dernière fois que Mémé Jeanne a dormi avec son Pépé,

c’était un lundi de Pâques

Etant de nature frileuse Pépé a commencé le kama sous le drap

C’est lorsque la chaleur se fit intense et que les cloches se mirent à sonner

qu’il a tenté quelques cabrioles.

C’est alors qu’il poussa un cri strident .

– Alors, qu’est-ce que t’as fait ? lui demanda Mémé

– Rien ….. J’ai vieilli.