Tu bailles Oh Corneille !!!

Je sens votre agacement de me lire ce jour

alors que je vous annonçais que la motivation n’y était plus.

Mais voyez-vous, après l’acquisition du système de la temporalité ,

celle de l’ascenseur selon les devises Shadock,

l’acquisition du système de la temporalité,

le syndrome d’idiosyncrasie

je profite d’une insomnie, une parmi tant d’autres,

pour venir vous parler de pandiculation.

La pandiculation est un comportement réflexe,

phylogénétiquement ancien,stéréotypé mais modulable

et physiologiquement contemporain des étirements musculaires .

En toute vraisemblance vous n’avez rien pigé, je vous rassure moi non plus.

Ca m’énerve ces gens qui utilisent des mots savants,

ça m’égruge l’albuginée des tubes séminifères jusqu’à l’épididyme.

Alors qu’il suffirait d’utiliser des mots passe-partout

en disant de la pandiculation qu’elle consiste

à porter les bras au-dessus de la tête,

renverser la tête en arrière,

tout en étirant les muscles des cuisses et des mollets.

En gros la pandiculation est l’acte de bailler à s’en décrocher la mâchoire.

Je vais tenter de planter le décor sans éparpillement.

Imaginez que vous êtes chez vous à la maison, qu’il fait une chaleur suffocante,

que vous n’avez pas assez d’une serpillère pour vous éponger sous les aisselles,

que vous avez du mal à respirer .C’est alors que vous ouvrez une grande bouche ,

à la recherche d’ un minuscule souffle d’air afin de ne pas tomber en syncope.

Vous devenez haletant ce qui vous amène à une farandole de bâillements

qui n’est autre qu’un mécanisme de vigilance, une sorte d’alarme

qui nous rappelle les phases clés de notre cycle biologique.

Ca tombe bien mon cycle biologique me dit

qu’il est l’heure d’arrêter de dire des bêtises,

de retourner dans ma bulle et me mettre à l’abri

de la tempête qui envahit mon cerveau.

Même si je me sens coupable de ne plus avoir autant de temps qu’avant ,

je m’oblige de continuer mes visites chez vous en dilettante,

d’éviter les bras de fer

et de me nourrir uniquement de poésie juste pour le plaisir

-dimdamdom-

La cour de récré de Jill BillEt bien voilà M’dame Jill Bill

à force de bailler, ma petite Corneille

a raté l’école ce mercredi.

J’espère que vous ne lui en tiendrez pas rigueur !!!

Je tricote ma vie …

Petit à petit

Je tricote ma vie

Je prends du fil noir et gris

Pour tricoter mon désespoir et mes cris

Je me nourris de poésies

Le regard plongé dans le ciel infini

Je prends du fil bleu

Et je remets un peu d’espoir dans mes yeux

J’écris de la poésie

En écoutant des douces mélodies

Je ne suis ni Verlaine, ni Rimbaud,

Mais mes poésies sont juste de l’amour et des mots

Petit à petit

Je tricote ma vie

Je prends du fil rouge et rose

Pour tricoter plein de tendresse et de belles choses

Je ne rêve pas de luxe et de palace

Mais d’une vie simple sans strass

Mon fil n’est pas assez long

Pour tricoter tous mes pardons

Je le sais je ne suis pas une sainte

Et tricote mal mes plaintes

Mais il y a tant de place dans mon coeur

Et suffisamment de couleurs

Pour tricoter à ceux que j’aime

Un joli arc en ciel sans blême

Je laisse les couleurs de la rancoeur et de la haine

Et j’oublie les rares amis qui m’ont fait de la peine

J’offre le restant de ma laine

A ceux qui veulent apprendre à me connaître quand même.

 

Ce magnifique poème ne m’appartient pas

Je l’ai cherché à travers le net, pour exprimer quelques sentiments.

Et je remercie deux personnes qui m’ont permis

De le publier ici!!! 

Merci à Laurelyne     link

Mais aussi à Pauleys Poésie   link

Des blogs aujourd’hui fermés !!!

 

Suis sûre que vous vous posez la question

« Mais où veut-elle encore en venir  Dimdamdom? »

Et bien c’est très simple

C’est que depuis que je suis dans ce monde

Je suis devenue accroc.

Ce billet n’est pas anodin

Vous savez au combien mon esprit était torturé

Ces derniers temps

Et j’ai cherché une issue

Et je l’ai trouvée enfin

C’est fou comme ça tricote dans ma tête

Et comme je ne tricote pas trop bien la laine

Et que je préfère tricoter les mots

Ceux qui me passent par la tête

Ou ceux qu’on me prête

Je vous ai fait un tricot de mots que j’ai empruntés

Afin d’en recouvrir la planète

Celle de l’amitié sans frontière

Pour laquelle je suis toute prête!!!

-dimdamdom-

Voici ma participation au premier jeudi poésie

mené par Josette (La cachette à Josette)

chez les Croqueurs de môts

sur le thème « couleur »

 

 

La passion est la distraction du coeur ….

 

“Qui nous donna des yeux pour voir les astres

sans nous donner des bras pour les atteindre ?”

Florbela Espanca

 

A défaut de bras j’ai reçu des jambes

et celles-ci me guident vers les astres.

Libérée, délivrée ….

Avant j’aimais mais ne pouvais pas, depuis…

Je fais du théâtre, j’écris des poèmes ,

j’organise des défis d’écriture … en gros je m’amuse.

Cet été je me suis lancé un nouveau défi, celui de faire

le chemin de Saint Jacques de Compostelle.

Je suis partie avec pour unique bagage, mon sac à dos, ma tente,

mes grolles et mon bâton de pèlerine, j’ai parcouru 165 km,

de Tournai à Reims (enfin presque) !!!

Je vous rassure cela ne fait pas de moi une grenouille de bénitier,

que du contraire ….

même si mon prénom se réfère à une nonnette au sourire célèbre 🙂

Enfin voilà, j’avais juste envie de vous dire que j’ai trouvé une nouvelle voie

voilà pourquoi je suis un peu moins sur la toile,

j’espère que vous ne m’en tiendrez pas trop rigueur .

Cela n’empêche que je ne vous oublie pas 😛