Changer d’air, c’est salutaire !

Ce matin en me levant

J’avais une folle envie

De m’envoyer en l’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois hôtesse de l’air

 

Comme le dit dans la chanson

Le léger Jacques Dutronc

Qui n’a rien d’une diva

Mais tout d’un Casanova

 

Ce matin il faisait beau temps

J’avais très envie

De rester dans mon rocking chair

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois voluptuaire

 

Comme l’était Emmanuelle

Aussi belle qu’une demoiselle

Qui les dimanche sur sa balançoire

Montrait ses jambes sous son jupon noir

 

Ce matin pas un souffle de vent

Pourtant j’avais bien envie

D’aller prendre un bol d’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois pompeuse d’air

 

Comme l’était Liz Taylor

Dont les disputes valaient de l’or

Avec son célèbre Richard Burton

Qu’elle rendait furibond

 

Ce matin derrière mon paravent

Je n’avais aucune envie

D’avoir les fesses à l’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je sois nonne au couvent

 

Comme l’était Soeur Sourire

Qui n’est pas morte de rire

Mais d’avoir tout quitté

Pour une femme qu’elle a aimée

 

Ce matin les cheveux au vent

Je n’avais qu’une envie

D’aller à la montagne prendre l’air

Ne croyez pas cependant

Que je n’aime pas les vacances balnéaires

 

Comme le disait Jean Ferrat

Qui n’habitait pas le Cap Ferrat

Que la montagne est belle

Tout en regardant voler les hirondelles

 

Ce matin tempête et vent

J’avais très envie

De sortir de ma bulle d’air

Ne croyez pas cependant

Que dans la vie

Je manque d’air

 

Comme Mam’selle Bulle

Qui comme un funambule

Avait rêvé de s’envoler

De s’envoler pour tout quitter.

 

Ce matin tapis blanc

J’avais très envie

D’enfiler un mohair

En sortant j’ai eu peur cependant

De glisser sur mon derrière

 

Comme Jacques Higelin

Retombé en enfance au pied du grand sapin

Tombé comme un météore

Dans les poches de Balthazar, Gaspard, Melchior

 

Ce matin voilà le printemps

J’avais très envie

De respirer le bon air

Il faut savoir cependant

Qu’en ville c’est la galère

 

Comme le disait Michel Fugain

Dans un de ses refrains

Regarde les rues de la grande ville,

Regarde les murs de la grande ville

 

Ce matin malgré le vent

J’avais très envie

D’aller prendre l’air

J’ai entendu cependant

Que pour notre survie

Il fallait éviter la pollution de l’air

 

Comme le dit Philippe Geluck dans son dicton

Je pense sincèrement que la pollution

Ce n’est pas aussi grave qu’on le dit…

C’est beaucoup plus grave qu’on le dit.

 

Depuis tout un temps je vis en dehors du temps

Voilà pourquoi ce matin je n’avais pas envie

D’aller prendre un bol d’air

J’ai peur cependant

De manquer d’air

 

Comme le dis Manom D’Inverness

Dans ses chansons pleines d’ivresse

Dans c’qui forme mon univers et tout ce qui diffère

J’ai peur à mes repères, j’ai peur de manquer d’air

-dimdamdom-

 

A la barre du bateau des croqueurs de mots pour cette quinzaine,

Jazzy nous propose  de jouer aux centons pour le lundi 6 mai .

Attention, elle n’a pas dit santons,  pas question de manipuler

ces fragiles figurines en argile des crèches provençales…

Dans la Rome impériale on appelait “cento” les morceaux de tissu dépareillés

que cousaient les légionnaires afin de se fabriquer un sous – vêtement

qui puisse leur tenir chaud sous la cuirasse de métal .

Par analogie le centon est un jeu littéraire qui consiste à composer

un poème original à partir de vers empruntés à divers auteurs .

Centons donc ( pas sous la pluie j’espère  ) au mois de mai comme il nous plaira ,

poème, histoire ou chanson, tout est permis.

 

Voici ma participation, un poème que j’ai écrit il y a quelques temps

que j’agrémente d’un défi à l’autre, d’un ou plusieurs paragraphes.

 

 

Le sablier de la vie

Nous n’étions pas différents
Juste pas les mêmes parents
Nous avons partagé le même nid
Croyant que ce serait pour la vie
Nous sommes retournés chez nos parents
Nous leurs manquions tellement
De force avons quitté le nid
Cela s’est fait sans bruit
Peut-on leur en vouloir
Même si le soir nous pleurions dans le noir
Tort ou raison?
A chacun sa raison
Avons fait notre chemin
Parfois caha, parfois cahin
Avons laissé s’écouler le temps
Tellement tellement longtemps
Qu’aujourd’hui nous nous retrouvons
Et voilà que nous bredouillons
Tant de choses à dire
Tant de choses à se souvenir

-dimdamdom-

Les plus belles promesses, même si elles finissent par devenir

poussières de souvenir, ne passent jamais le sablier du temps.

Maxence Fermine

Pour ce premier jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

Jazzy  nous demande un poème en calligramme personnel ou non.

Voici le mien … lorsque je l’ai écrit il y a quelques années

quelqu’un m’avait dit qu’il avait la forme d’un sablier.

Or ce n’était pas mon intention première

surtout ne sachant pas ce qu’est un calligramme

Je viens d’apprendre encore quelque chose

grâce à Jazzy et à la communauté des Croqueurs de Môts.

Pour ceux qui ne connaissent pas, je vous invite à découvrir

et si l’envie d’écrire vous pique au doigts

surtout n’hésitez pas à vous inscrire

vous y serez bien accueillis

http://croqueursdemots.apln-blog.fr

 

 

 

Monsieur Tati

Monsieur Tati

par Lastours

Vous enfourchiez toujours ce vélo mémorable

Comme un vrai clown magique apportant le courrier

Qu’à longueur de saisons vous saviez charrier

Dans un parcours marrant, souvent inénarrable.

Et vous monsieur Hulot, au charme incomparable,

Vacancier ébloui, drôle d’aventurier

Que des progrès nouveaux venaient contrarier,

Vous nous avez rendu l’air bien plus respirable.

Nos cœurs sont si joyeux, nos bonheurs différents

Dans ce monde cousu d’actes incohérents

Où vous veniez souvent troubler nos habitudes.

Aujourd’hui désormais que vous voilà parti,

Nous vous le redisons, malgré nos turpitudes,

Pour tant de bons moments, merci monsieur Tati.

 

Pour ce second jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

Laura nous demandait de parler de cinéma,

du plaisir d’être dans une salle obscure avec d’autres

ou de notre acteur ou actrice préféré partant toujours du principe

qu’« Aimer quelqu’un(ou quelque chose), c’est s’intéresser à lui (cette chose).»