De souris des villes à souris des champs!!!

Sur mon tracteur de l’an mille neuf cent neuf,

Je parcours les champs

De souris des villes

Je deviens souris des champs

Devant moi la nature défile

Du haut de mon tracteur je suis à la teuf!!!

Dans ma vieille teuf teuf

Je suis toute la journée dans les files

De souris des champs

Je redeviens souris des villes

Je cherche la clé des champs

Dans ma vieille teuf teuf je ne suis plus à la teuf!!!

-dimdamdom-

Encore une revisite pour ce jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

mené par Josette en direct de sa cachette 🙂

Je ne sais pas pourquoi, en ce moment je suis un peu nostalgique

mais je vous rassure ça fait partie de mes meilleurs souvenirs.

 

Etrange présence …

Le prédateur

 N’a pas de coeur

 Ce n’est pas par hasard

 Qu’il entre chez vous sans crier gare

 Il parle de tout

 Parle de vous partout

 Il est beau parleur

Souvent enjôleur

Il dit de sa vie

Qu’elle n’est que mépris

Il fait en sorte

Que vous lui ouvriez votre porte

 Il vous amadoue pour ensuite

Prendre la fuite

Et ressort de chez vous sans égard

En vous laissant ballant sur le quai d’une gare

Avant que vous compreniez

 Qu’il a une vie dérangée,

 C’est trop tard il a ouvert votre coeur

-dimdamdom-

Voici ma participation au second jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

avec Colette à la barre, sur le thème « Présence »

Colette a dit « pas d’a » !!!

Un peu loufoque

Quelque fois plein d’ émoi

C’est encore moi

Quelques coups de gueule

Ce sont eux qui le veulent

De l’humour

Je possède toujours

Mes @mours

Ils sont dans le four

De l’@mitié

Je distribue de bon gré

Chez moi poésie

C’est juste pour rimer avec zizi

Rien de pire

Que de ne vouloir sourire

-dimd@mdom-

Pour le défi 243 chez les Croqueurs de Môts

Colette nous dit « pas d’à » !

C@ tombe bien, j’@v@is ce petit texte sous le br@s 😛