Le cinquième jour …

Coucou vous tous, nous sommes le 24 juillet et me voici repartie ce matin de Roisin

où j’ai été soignée aux petits oignons par la chef de camp.

Après deux jours d’invalidité et avant de me lancer

dans une petite étape de 7,7km pour commencer,

soit 1h30 de marche,  j’ai fait un arrêt à la pharmacie qui reprenait du service.

J’y ai pris, sous les précieux conseils d’une

aminaute, une pommade de Calendula et des pansements.

La pharmacienne m’a soigné dans son officine et me voilà repartie comme en 40.

J’ai mis cette fois mes grolles, j’aurais aimé que mon pied droit

suive aussi bien que mon pied gauche.

Sainte Mère Douleur a bien tenté encore de la ramener,

mais c’était sans compter ma détermination.

J’ai eu une super route, l’orage et la pluie étaient menaçants,

mais m’ont laissée arriver au bout.

C’est à l’arrivée au camping à Frasnoy que la pluie s’est déchaînée.

J’ai juste eu le temps d’acheter un jus de pomme à la ferme

et deux oeufs que le fermier m’a cuits, vu qu’au camping il n’y a aucune restauration.

Ils accompagneront les saucisses sèches je n’ai rien trouvé de mieux.

En arrivant oh surprise, je pouvais louer un campétoile, une cabane sur pilotis, c’est super

je ne dois pas déballer mon sac à dos.

Catherine (la patronne du camping qui m’avait prêté une couverture pour les nuits) si tu

me lis j’ai reçu un énorme sac de couchage, tu peux être rassurée je n’aurai pas froid.

Voilà les dernières nouvelles. Je vous dis à demain.

Voilà mon château 😛 

Le sol est un treillis de catamaran, on peut voir en dessous la table à manger 😉

Mon festin 😛

Ce soir c’est Byzance 😆

Mes voisins 😉

Une demoiselle bien accueillante 😛

Beaucoup d’émotion dans ce cimetière allemand 🙁

Dire que l’Armistice a été proclamé le 11 novembre 1918.

Combien n’ont pas eu cette chance 😕 

Et pour finir je vous présente un bel ami 😀

Image de prévisualisation YouTube

Bisous et merci de m’accompagner dans cette super aventure.

 

Deux en un, pause forcée !!!

Je hais les haies
Qui sont des murs.
Je hais les haies
Et les mûriers
Qui font la haie
Le long des murs.
Je hais les haies
Qui sont de houx.
Je hais les haies
Qu’elles soient de mûres
Qu’elles soient de houx !
Je hais les murs
Qu’ils soient en dur
Qu’ils soient en mou !
Je hais les haies
Qui nous emmurent.
Je hais les murs
Qui sont en nous.

Raymond Devos          Aujourd’hui 22 juillet, pause forcée, c’est pas plus mal il tombe des cordes.
J’ai très mal dormi, mes orteils me faisaient trop souffrir. J’ai pris un Dafalgan et un anti inflammatoire et j’ai pu enfin m’endormir.
Ce matin Sainte mère Douleur l’a mise un peu en sourdine, mais m’a fait comprendre qu’elle ne tolèrerait aucune chaussure. Pas de médecin dans le voisinage proche, une pharmacie mais en congé annuel. Finalement la gérante du camping a sorti sa trousse de secours et j’ai pu me faire une jolie poupée.
Il ne me reste plus qu’à prendre mon mal en patience en passant de ma tente au sanitaires où je peux me brancher pour vous donner quelques nouvelles. Quoiqu’il en soit je vous rassure, je vais très bien, je profite de cette belle expérience pour me vider la tête.

Me croirez-vous si je vous dis que ce matin même l’église était fermée, alors il ne faut pas espérer trouver une pharmacie ouverte en juillet. Il ne me reste plus que ma tente pour méditer, mais bon je préfèrerais marcher 😀

Aujourd’hui 23 juillet,  c’est l’automne … non je ne vais pas vous chanter toute la chanson.
Je vais mieux. Ce matin j’ai chaussé mes chaussures de marche pour me tester. Je sens encore une gêne du pied droit mais c’est nettement mieux. Pour réhabituer mes pieds j’ai fait le tour du village, puis je me suis arrêtée à la friterie de la place. Je n’avais que 5€ , l’appareil pour les cartes de crédit était en panne. La dame m’a proposé boulette, frites, mayonnaise pour mes 5€ . Voilà ce qu’on m’apporte, franchement à choisir j’aurais préféré moins de frites pas de boulette et un petit verre de rosé. Du coup j’ai laissé la moitié. A cette allure il faudra que je marche minimum 25 km . Bon plus sérieusement demain je fais une mini étape de 5,7km question de réhabituer mon petit peton .
A défaut de trouver Saint Jacques, j’ai vu Saint Ghislain.Plaisir d’un soir 😀

La folie des grandeurs 😆

 

 

Le troisième jour…

Oublie tes rancoeurs
Laisse parler ton coeur

Oublie tes soucis
Laisse les à ton psy

Oublie tes pleurs
Utilise le langage des fleurs

Oublie les politiques
Ils sont plein de fric

Oublie tes colères
Cela les fera taire

Oublie ton chéquier
Laisse parler les banquiers

Oublie la tristesse
Vis dans l’ allégresse

Oublie tes ennemis
Ils n’ont pas d’amis

Infuse n’est pas ma science
Mais crois-en mon expérience

Il n’y a pas pire
Que d’oublier de sourire

-dimdamdom-

Nous sommes le 21 juillet, fête nationale en Belgique.

Je repars pour une nouvelle étape, dans la logique des choses elle devrait être plus

courte, mais si on cherche une logique dans le chemin de Compostelle il vaut peut être

mieux s’abstenir, voilà pourquoi je fais ce chemin …

… un coucou tardif, j’ai dû faire certainement 25 km aujourd’hui, pour la première fois j’ai

pleuré. Normalement j’avais une toute petite étape de 12 km  et chaque fois je

perds du temps pour trouver un endroit pour dormir.

Je savais qu’il y avait un camping à Sebourg , j’ai téléphoné mais ils ne

répondaient pas, quand je suis arrivée après au moins 7 km de route très fréquentée, où

les voitures ne faisaient même pas d’écart pour m’éviter, j’apprends que le camping

n’existe plus. J’en ai trouvé un finalement mais 5 km plus loin.

Là j’ai pleuré, pcq j’ai très mal aux pieds, mes petits orteils ressemblent

à de la chair à saucisse 🙁 .

Suis arrivée à 20h30 au camping de Roisin, j’étais en route depuis 10h30

Je pense que demain je ne vais pas marcher ce ne serait pas raisonnable.

Je vais laisser mes ampoules cicatriser.

Merci à vous tous de me soutenir, car voyez vous ma seule compagnie est la douleur.

Nous entretenons elle et moi une vraie conversation,

plus je l’engueule plus elle se rebiffe la garce.

Mais je me réserve le dernier mot.

J’ai tout de même fait quelques photos du paysage, parce que Compostelle, c’est le ciel,

la nature, les grandes étendues et ça j’adore 😀

Une petite pensée pour ma Pomponnette 😛