Collecte n°27 des Plumes d’Asphodèle!!!

Vous n’êtes pas sans savoir

Qu’actuellement je suis en vacances

Question de régénérer mes neurones

Quelques peu agités.

Et que j’avais surtout promis

A mon cher mari, que  j’éviterai

De passer ma vie sur l’ordi

Afin que nous passions notre semaine

Dans un climat de complicité.

J’ai tout de même profité de quelques moments éphémères

Pour participer au défi que nous propose Asphodèle chaque quinzaine.

Asphodèle, faut que je t’avoue

J’ai triché 🙁

Les mots imposés m‘ont ramenée à un défi que j’avais fait cet été

Il fallait raconter un retour de vacances tout en se mettant en situation.

Et  en utilisant le pluriel des mots en « ou »

Comme les miennes ont été un peu mouvementées

Du moins lors du départ

Voici  l’évolution de quatre situations imposées :

1)Un soucis avec votre voiture ,expliquer au mécano le problème…

2)Salon de massage Thaïlandais , demander de vous chouchouter…

3)Un stage de saut en parachute ,ou à l’élastique...

4)Vous êtes mécontent de votre boucher,un gigot dur comme un caillou…

Zemanta Related Posts Thumbnail

Les mots imposés par Asphodèle sont les suivants :

Changement, incrédulité ou incrédule (au choix),

papillon, régénérer, chenille, évolution, climat, déguiser,

magie, transformation, grossesse, adolescence, éclosion, cafard,

majestueux, amour, éphémère, éperdu, envol, travesti 

&&&&&

A la mi-août

Nous voilà sur la route

De retour de vacances

Au revoir douce France

Quand soudain un éléphant roux

Passe devant nos roues

Mon chéri fait une embardée

Pour éviter l’animal effrayé

Voilà qu’il freine comme un fou

Et nous nous retrouvons sur un chemin de cailloux

Il fait presque nuit

La lune dans le ciel luit

Sur une branche deux majestueux hiboux

Crient “hou hou”

Mon époux tente de redémarrer

Le moteur semble peiner

Il sort et se met à genoux

Pour regarder en dessous

Malgré l’obscurité

Il voit que la roue a pété

Voilà qu’il se met à pester contre cette ogresse

En fin de grossesse.

Il sait qu’avec une voiture

Quand la roue pète c’est la mort sûre

Il souffre de partout

Ce qui lui fait faire une vilaine moue

Maintenant il faut bien

Appeler un mécanicien

Pour le changement de cette fichue roue

Dans laquelle il y a un énorme trou

Oui mais comment le payer

En vacances nous avons dépensé tous nos deniers

Aux enfants il ordonne de donner tous leurs joujoux

Vous les auriez vu pleurer les pauvres choux

Le mécanicien fut appelé

Et la roue réparée

Mais il refusa les joujoux

Leur préférant mes bijoux

Tout est bien qui finit bien

Dans cette histoire qui ne ressemble à rien

Et sur leur branche les deux hiboux

Continuaient à faire “hou hou”…

Après notre mésaventure

Avec notre voiture

Le mauvais état des genoux

De mon époux

Nous reprenions la route

Cette nuit de la mi-août

Les enfants avec leur joujoux

Et moi dépouillée de mes bijoux

Nous roulions gentiment

Nous éloignant lentement

Des deux hiboux

Qui faisaient “hou hou”

La fatigue se faisant sentir

Nous cherchions un coin pour dormir

Mon mari prit cette fois un petit chemin de boue

Parsemé de quelques cailloux

Il faisait nuit

La lune se cachait derrière des nuages de pluie

Et sur une branche “hou hou”

Faisaient toujours deux hiboux

A l’arrière les petits choux déjà endormis

Mon tendre amour et moi de la voiture sommes sortis

Quand soudain nous glissions dans la boue

Encore un peu nous nous rompions le cou

Mais très vite nous prenions du plaisir

A nous vautrer dans cet élixir

Sous le regard des deux hiboux

Qui faisaient maintenant “bou bou”…

Après le cauchemar

De la mare

C’est dans une clarté entre chien et loup

Et recouvert de boue

Que nous essayions de nous agripper

Pour jusqu’à la voiture nous hisser

Et qui donc faisaient toujours “hou hou”?

Ces deux crétins de hiboux

Soudain mon mari

Lança un horrible cri

Voilà qu’il était prêt à s’embourber

Il fallait que je trouve une bouée

J’étais moi même dans la boue

Jusqu’aux genoux

Pour la suite pardonnez mon indécence

Digne d’une gamine pas encore sortie de l’adolescence

J’eus juste le temps d’enlever mon slip

Croyez moi ça valait bien un vidéoclip

Oui mais pas de caméra dans les joujoux

De mes petits choux

Je lui envoyais donc de mon slip l’élastique

J’en conviens que cela n’est guère pratique

Il me promit que si par magie je le sortais de cette boue

A notre retour il me couvrirait de bijoux

Et m’emmènerait voir un spectacle de travestis

Ces mecs déguisés qui s’exhibent dans les cabarets de Paris

Quel air pathétique

Pour son premier envol à l’élastique

Et toujours les deux hiboux incrédules

Qui de leur branche hululent!!!….

Après cette histoire mythique

Du saut à l’élastique

Et ces hiboux

Qui sans cesse faisaient “hou hou”

Nous reprenions la route

En cette nuit tragique de la mi août

Nos enfants tenaient sur leurs genoux

Leurs derniers joujoux

Tandis que mon mari et moi

Etions encore tout en émoi

Nous avions une faim de loup

De Bruxelles nous rêvions de choux

 Fallait-il encore les accommoder

Avec un morceau de viande de notre boucher

Oui mais voilà nous n’avions plus un sous

Ni même de bijoux

Sur la branche toujours les deux hiboux

Qui faisaient “hou hou”

Ne voulant pas les tuer

Tout au plus les effrayer

Mon mari lança des cailloux

Pour faire fuir les sacs à poux

Mais c’est complètement sonnés

Que tous les deux de l’arbre sont tombés

Il ne nous manquait plus que les choux

Pour manger les hiboux à la mode de chez nous

Pendant que mon chéri s’occupait de la flambée

Et se chargeait de les déplumer

A défaut de choux je me décidais de préparer un court bouillon

De chenilles avant transformation en papillon

Accompagnées d’oeufs de cafards

En éclosion, met, dit-on, aussi fin que du caviar

Au moment de planter la fourchette

C’est éperdues que les pauvres bêtes

Qui nous avaient accompagnés jusqu’au bout

Se mirent à crier “pas nous pas nous”

&&&&&

Voilà Asphodèle

J’ai fait tout mon possible

Pour participer

J’espère que tu ne m’en voudras pas

D’avoir un tout petit peu triché

Tu comprendras que ma position

Etait assez inconfortable!!!

 

 

27 réflexions sur « Collecte n°27 des Plumes d’Asphodèle!!! »

  1. C’est pas possible Dom d’écrire des choses pareilles pour que je sois MDR dès le matin, c’est un régal ton billet, je pleure de rire et mon mari arrive me demandant ce qu’il se passe, je lui passe l’ordi et maintenant nous sommes deux à nous tordre de rire!!! merci Dom , les occasions de rire sont si rares !!! bisous et bonne journée, effectivement ta position n’était pas des plus commode, je me demande comment tu as pu te relever et marcher droit re-MDR rien qu’à l’évocation de Domi marchant toute courbée telle une certaine Marie, pas encore complètment le nez par terre, mais je sens que ça vient re-bisous MTH

  2. Ping : LES PLUMES 27 – Les textes en Métamorphose ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  3. au moins ton retour de vacances n’est pas monotone!!!!!!!! Bon alors il va t’en racheter des bijoux puisque ta culotte (d’après l’image) ne tiens plus sur tes hanches…Bisoussssssss

  4. Vraiment, écrire de n’importe où
    Tu aurais pu utiliser les genoux.
    Peut-être, était-ce trop mou?
    N’as-tu pas un peu mal au cou?
    Il ne reste plus qu’à ton chouchou,
    A y passer de la crème avec un bisou.
    De ces aventures rocambolesques, tu as bien amusé Jacou.

  5. Ben dis donc Flèche ardente, tu ne changeras jamais !
    Laisse donc les hiboux faire hou hou et passe un bon séjour avec ton époux.
    (je me souviens de cette histoire de hiboux, hou hou hou !)
    Bon repos et à bientôt Domi.
    je t’embrasse
    (bon, tu as fait « fort » et « long » (non , pas dans la position de la dernière photo,
    mais là dans ton texte, lol !!!)
    Justine

  6. Coucou, j’ai fini il y a un quart d’heure, mon texte, pour Asphodèle, et je me rends compte que la veille j’avais presque les mêmes mots chez Missnefer, qui écrit chez Ghislaine.
    Bon l’histoire n’est pas la même, mais je n’ai pas fait le rapprochement.
    Bonne soirée, chère Domi, et pardon pour ce que j’appelle mon cafouillage.
    Bisous de josettelausy

    http://marrainesuisseskynetblogs.be

  7. Oh! wah! Tu es sûre que tu vas bien?. En tout cas j’ai fais comme toutes nos amies et nos amis, des blogs. J’ai beaucoup rit, et tu es d’une grande drôlerie..
    Merci pour ton espièglerie, ça fait du bien , de se dilater la rate et de se laver le cerveau, ça régénère. 😆 Tu as une grande qualité tu ne te prends pas au sérieux. J?espère que tu n’as pas cassée tes nouvelles lunettes, det que si tu as tournée autour du lit, tu n’as pas déchiré
    les draps. 🙄 Gros bisous ma grande, dans ton pays d’accueil. je vous souhaite du beau temps, chez nous il pleut plus souvent, qu’il ne fait soleil et il fait frais.
    Et je n’ai plus le droit de retourner sur ma belle Côte-d’AZur.
    Josettelausy marrainesuisseskynetblogs.be

  8. Excellent je n’ai pas arrêté de rire en te lisant et la dernière photo le pompon 😆
    Je suis en train de regarder si je ne vois pas des hiboux affolés arriver , non juste des ramiers en face de ma fenêtre mais qui visiblement ont à subir quelques piqués d’une corneille pour occupation de territoire .
    Bonne journée
    Bisous

  9. Coucou ma Domi, je passe tard mais avec le SWAP et mes obligations autres, je n’ai pas touché terre !!! Tu m’as bien fait rire, j’adore cette photo dans les toilettes, ha c’est tout à fait moi quand je vois que mon portable clignote, je vais aux toilettes lire mes mails s’il y a du monde style « excusez-moi ça urge » !!! 😆 De vrais accrocs, ton mari a bien fait de te menacer mais je vois que ça ne t’a pas empêchée, petite coquiiine ! Après des vacances pareilles, riches en rebondissements je te souhaite une bonne semaine reposante !!! Bises et bravo pour ton texte, reprendre un ancien texte et le remanier, c’est pas mal comme exercice !!! Hou hou !!! 😆

  10. Bonjour Dom et merci pour ton commentaire.
    Oui oui, un texte vraiment du terroir 🙂 avec un humour qui me rappelle Adrienne.
    En tout cas, ton texte et les images m’ont bien fait rire, à l’instant. J’ai adoré les répétitions voulues et ai vu non pas les hiboux, mais les piaf-piaf que tu dois certainement connaître 🙂
    Bref, un texte délirant, comme j’aime.

  11. L’ordi sur les genoux brulent les poils mais les fesses en l’air pour faire ce que tu as à faire n’est pas évident. Enfin entre les roupettes et les morsures, hou hou que j’ai rizotto matique n’est-ce pas ?
    Autrement dit c’était le fête du slip et quel saut pour tes poux, pardon ton nez poux… Les bébêtes dans les cheveux s’appellent poux et dans les poils morpions et ça s’accrochent.
    Bon alors tu as une jambe de bois maintenant ?

  12. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Domi…sacrée aventure que tu as vécu là…pauvres hiboux…mais le coup de la boue, j’avoue que ça valait le détour…dis, il n’a pas pris l’élastique dans l’oeil au moins ton mari hein ? Rassure moi vite.
    Je t’imagine morte de rire en inventant tes péripéties et surtout en les visualisant…je suis sure que tu t’éclates hein ? En tous les cas, tu m’as fait bien rire…et si maintenant, au lieu de les visualiser, tu les vivais ? Tu imagines s’il fallait que tu vives tout ce que tu racontes ? oh la la, ça ferait de sacrés films non ?
    Bises Domi, je te souhaite une bonne journée…et rassure moi, tu es sortie des toilettes hein ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.