La vie c’est comme une boîte de chocolat …

Pour ce défi 219 chez les Croqueurs de Môts

Laura Vanel Coytte nous demandait

de parler de notre film ou genre de film préféré ?

Mais il s’agit de cinéma plutôt en salle qu’à la maison

pas de téléfilm ou de séries télé.

 

Mon film préféré sans aucun doute est Forrest Gump

pour l’émotion qu’il s’en dégage, la simplicité et la complexité

du personnage principal remarquablement interprété par Tom Hanks.

Je pense l’avoir vu trois ou quatre fois, si pas plus.

Pour vous en parler, j’ai choisi un extrait d’une émission sur Radio Campus Paris

 

Nous découvrons aujourd’hui un célèbre film américain des années 90 : Forrest Gump.

Le personnage éponyme de ce film de Robert Zemeckis nous interroge

sur l’existence du hasard.

« My momma always said life was like a box of chocolate : you never know what you’re

gonna get ». « Maman disait toujours que la vie, c’était comme une boîte de chocolat : on

ne sait jamais sur quoi on va tomber. » Cette réplique de Tom Hanks nous a donné à

penser. Voici donc notre interprétation, subjective bien sûr, de cette trouvaille du

scénariste Éric Roth.

Forrest Gump, joué par Tom Hanks, a très tôt été diagnostiqué comme stupide, handicapé

mentalement. Or sa vie, racontée par le film, deviendra, sinon des plus trépidantes, du

moins des plus impressionnantes. En effet, il sera champion de football américain et

champion de ping-pong. Mais il connaîtra également la guerre du Vietnam, durant laquelle

il sauve quatre de ses camarades de la mort. Après avoir été capitaine d’une entreprise de

crevettes, il entame un marathon long de trois années, qui inspire toute une génération.

Ainsi, Forrest Gump semble avoir déjoué toutes les déterminations qui pesaient sur lui à la

naissance. Reste que sa compréhension de la vie et de tout ce qui lui arrive, est très

sommaire. Il utilise en général des phrases toutes faites, ou en tout faites par sa mère.

Celles-ci expriment souvent en images ou en constructions simples des vérités de bon

sens. C’est le cas de cette célèbre réplique située dans la scène d’ouverture du film.

Comment la comprendre ? Sans que cela n’étonne plus l’auditeur assidu de Ma ligne de

chance, la notion de hasard a une longue histoire derrière elle. Robert Zemeckis s’empare

d’une idée aussi vieille que le monde, ou du moins que les philosophes. En particulier, la

pensée d’Aristote peut nous permettre de mieux comprendre cette (si) célèbre phrase de

Forrest. Pour cela, il faut expliquer la distinction aristotélicienne entre les différents types

de causes, et notamment la cause finale. Que Forrest Gump mange des chocolats, c’est

une chose. Qu’il les mange au hasard, c’en est une autre ; et c’est peut-être la clé de sa

vie hors du commun.

9 réflexions sur « La vie c’est comme une boîte de chocolat … »

  1. Joyeuses pâques avec un zeste de retard. Et bon souhait de rétablissement.
    Finalement nos pensées même extra génial es valent tripette. Ce qui compte est vivre .. avant de partir.
    Merci pour citer ce très bon film.
    Je n’ai pas participé cause vacances et fêtes pascales.
    Bises et bon mardi

  2. C’est aussi un film que j’ai beaucoup aimé… et que je revois encore avec plaisir.
    Merci pour tes partages, Dômi, pour tout.
    Bisous et douce journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.