Le neuvième jour …

 

             28 juillet, voilà que j’ai rechargé mes batteries .

Hier je vous avais dit que mon chemin prenait toute sa signification.

Alors pour ceux qui pensent que je rentre dans les ordres détrompez vous.

J’ai compris tout simplement que j’avais la foi … en moi et celle ci passe par les autres.

Même si je souffre un peu physiquement je sens que je me reconstruis

et c’était le but recherché en démarrant ce chemin.

Alors voilà hier après mon petit resto où je suis revenue ce midi,

je m’apprêtais à remonter jusqu’à la ferme où j’étais accueillie.

Des Hollandais qui sortaient en même temps que moi ont constaté que je boitais,

ils ont entamé la conversation en néerlandais … oui oui je parle néerlandais.

La dame un peu plus âgée que moi me disait qu’elle avait fait Compostelle en vélo.

On a un peu papoté et ils m’ont proposé de me conduire à la ferme

alors qu’ils allaient dans l’autre sens.

J’en ai pleuré tant j’étais émue et fatiguée.

En arrivant à la ferme la dame m’attendait pour fermer la barrière et les volets.

Je lui ai demandé si je pouvais aller aux toilettes elle m’a répondu gentiment

que je pouvais aller dans le buisson  😆

Elle ne m’a pas proposé d’eau pour la nuit heureusement j’avais prévu le coup.

Je suis rentrée dans ma tente, j’étais un peu prise d’angoisse parce que j’allais me

retrouver toute seule dans le noir à l’extérieur, elle avait tout rentré même le chien.

Entre ma tente et la route il n’y avait qu’une haie. J’ai entendu toute la nuit les camions

et les tracteurs qui déboulaient à quelques mètres de moi

mais cela m’a rassuré parce que la route était éclairée et je n’étais pas dans le noir.

Ce matin je me suis levée vers 8h, j’ai pu aller aux toilettes chez la dame

et … elle m’a offert un Ricoré.

On a causé presque deux heures c’était super agréable.

On s’est raconté nos vies. C’est là que j’ai compris ce que m’apportait ce chemin.

Nous nous sommes quittées, elle m’a fait visiter ce qu’il reste de son exploitation

et je suis partie le coeur léger oubliant les doléances de Sainte Mère Douleur.

Par contre je change d’itinéraire, je me dirige vers Charleville Mézières,

c’est moins loin que Reims où de toute façon je ne serai pas arrivée.

Coucou me voici arrivée à Fourmies, quel drôle de nom.

Après avoir quitté ma charmante petite dame ce matin, je suis allée en ville pour faire

quelques emplettes et là je vois que le resto d’hier était ouvert.

Du coup j’ai décidé de manger là ne sachant pas sur qui ou quoi je tomberai ce soir.

Je commande un hamburger et un petit rosé.

Il y avait un peu de monde dans la salle et chacun y allait de son commentaire

c’était très drôle. Un monsieur et sa dame sont venus à ma table pour me donner

de bonnes adresses.Puis le moment est venu pour moi de partir,

un peu tard j’en conviens et j’avoue que le petit verre

m’avait un peu coupé les jambes 😯

Je fais mon itinéraire, 14 km, 3h et quelques raouettes, je peux le faire.

Le parcours démarre avec 3,7 km de nationale.

Je me lance, mais c’est pesant de chaque fois descendre dans les bas côtés

pour laisser passer les camions.

Après ces kilomètres laborieux je cherche un chemin plus plaisant,

j’en trouve un et là je trouve une jolie petite route, je marche cinq kilomètres

jusqu’à un charmant petit village.

Sur cette petite route Sainte Mère Douleur se manifeste et me signale

qu’une nouvelle ampoule au talon est prête à percer,

je me dis que si ça arrive je serai contrainte à abandonner

voire ne plus pouvoir avancer.

J’entame un dialogue avec SMD lui proposant un deal.

«Tu me laisses arriver au village suivant et je te promets le chemin s’arrête là»

Marché conclu, j’arrive à Clairfontaine à 16h, je vais à la mairie demander

 un logement pour la nuit. On ne me donnait autre moyen que d’aller à un camping

à onze kilomètres de là. Pour moi c’était impossible.

J’ai fait comme hier j’ai sonné à une porte et j’ai demandé

si je pouvais planter ma tente dans leur pelouse à côté du poulailler.

Un couple m’a ouvert et a tout de suite accepté.

Avant de m’installer ils m’ont fait rentrer et offert un chocolat chaud,

puis une Chimay et m’invitaient à leur table ce soir.

Puis nous avons causé sympathiquement et ils me parlaient d’un camping

moins loin que celui qu’on me proposait à la mairie.

Je leur ai demandé s’ils voulaient bien m’y conduire ainsi je pourrai me détendre

et prendre une douche ce que je n’avais pas pu faire chez la dame hier.

C’est comme ça que j’ai décidé de me reposer deux nuits à Fourmies

et de prendre un train dimanche pour rentrer chez moi.

Je vais profiter de ce bel endroit pour soigner mes blessures et me rappeler tous les

meilleurs moments de cette belle aventure qui restera pour moi une merveilleuse

expérience. J’ai déjà en tête de recommencer.

Drôle de tente en tôle 🙄 

Merci à vous tous de m’avoir suivie, vos encouragements m’ont aidée à avancer.

10 réflexions sur « Le neuvième jour … »

  1. …. en tête de recommencer, pourquoi pas, tu as une expérience de la route, pas tjs rose et violette, mais dans le fond ce chemin c’est une bonne aventure pour le corps et l’âme… bonne nuit Dim, bises

    • Oh l’expérience de la route c’est pas encore ça, mais je sais une chose c’est qu’à chaque nouveau pas j’apprends de mes erreurs.
      Depuis mon retour, j’ai fait trois nouvelles étapes au départ de Bruxelles.
      Bruxelles-Halle
      Halle-Nivelles
      Nivelles-Ecaussines
      Mon corps suit de mieux en mieux quant à mon âme je pense qu’il me faudra encore faire de nombreux kilomètres 🙄
      Merci à toi de m’avoir suivie c’est encourageant.
      Ce week-end je prépare la rentrée des Croqueurs de Môts.
      Bisous et à très bientôt.

    • Jamais je n’aurais cru avoir le courage de dormir sous tente parfois toute seule et surtout dans le noir, marcher des kilomètres seule au milieu des bois, supporter certaines douleurs. Voilà ce que m’a apporter le Chemin, puiser l’énergie au plus profond de moi 😛
      Merci de m’avoir suivie cela m’a aidé aussi, je me sentais moins seule.
      Bisous et à très bientôt, je prépare ma rentrée sur les blogs.

    • Comme je le dis à Jill, à chaque nouveau pas j’apprends de mes erreurs.
      Merci à toi de m’encourager.
      Bisous et à très bientôt , je prépare ma rentrée sur les blogs.

  2. Bon, alors, si tu es prête à recommencer c’est que tu as trouvé une partie de ton chemin.
    Je t’en pris, la prochaine fois, fais un bon itinéraire avant de partir. Ton parcours aurait pu être bien lue agréable. Enfin, d’après ce que tous me disent.
    En champagne/Ardenne, le chemin est signalé par des traits de couleurs.
    Bon retour chez toi et j’espère, un moral à toute épreuve pour l’année.
    Bisous Domi et bravo.

  3. Oui Pimprenelle, je trouve tout doucement mon chemin même si je sais que je devrai encore parcourir beaucoup de kilomètres pour trouver la sérénité du corps et de l’esprit.
    Tu sais la partie nord de la France n’est pas aussi prisée que celle à partir du Puy en Velay et j’ai beaucoup de mal à trouver un itinéraire balisé.
    Actuellement je recommence le chemin à partir de Bruxelles en faisant une étape par semaine.
    Depuis mon retour j’ai fait Bruxelles-Halle, Halle-Nivelles et ce week-end je pense faire Nivelles-Ecaussines 😛
    Tu vois je ne me décourage pas.
    Merci à toi aussi de me suivre et de m’encourager ça m’aide beaucoup.
    Bisous et à très bientôt (au téléphone) , je prépare ma rentrée sur les blogs.

  4. Bravo Domi , ce chemin n’est pas facile et tu ne te décourage pas . Bon le couchage seule dans la tente près des routes j’avoue que je n’aurais vraiment pas pu , j’ai déjà dormi dans des granges dans la paille lors de randonnées , sous l’orage dans des sacs de bivouac mais jamais seule nous étions plusieurs .
    Bon week – end
    Bisous

Répondre à jazzy57 Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.