J’ai la tête ailleurs !!!

Voilà une expression d’une finesse rare !

Ce qui veut dire que l’explication ne pourra pas vraiment faire dans la délicatesse.

Si vous avez moins de 18 ans ou êtes choqué par certains détails de l’anatomie humaine,

merci de vous cacher les yeux avant de la lire.

Cette expression est très récente. Elle serait apparue à la fin du siècle dernier sans que

sa source semble vraiment connue.

Contrairement à ce que certains pourraient croire, il n’est pas question d’aller mettre sa

tête dans l’arrière-train du voisin, même si le résultat serait identique quant à la perception

de l’entourage.

Sans compter que, pour commencer, il faudrait trouver un voisin consentant, ce qui est

peu probable.

Non, ce qui est évoqué ici, c’est bien une auto-intromission impossible car elle nécessite à

la fois une souplesse rare  et une extrême capacité de dilatation de l’orifice visé.

Une chose semble sûre  c’est qu’une fois la tête là-bas dedans, la vue doit être

‘légèrement’ brouillée et la perception des sons plutôt étouffée et déformée, exactement

comme quand on a du mal à refaire surface, ce qui suffit à expliquer pleinement la

métaphore.

Mais, plus simplement, peut-être n’y a-t-il dans cette expression qu’une allusion à ces

animaux qui, lorsqu’ils sont endormis, sont en boule, la tête dans le cul ?

Enfin voilà, pour vous dire que ce serait vous mentir en ce moment

de vous dire que « je vais bien tout va bien », j’ai beau essayer de sortir la tête du trou

qu’au contraire je m’y enfonce chaque jour un peu plus.

A vrai dire je suis  très fatiguée, je me surcharge d’activités ici et ailleurs

et je réalise que les plaisirs deviennent des obligations.

Si je ne viens pas vous lire depuis quelques temps,

ce n’est pas par désintérêt, mais simplement parce que cela me demande

trop d’énergie. Alors j’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

Voilà pourquoi je privilégie pour le moment mes communautés

pour lesquelles je vous remercie pour votre fidélité.

Merci aussi à ceux qui viennent me lire sans attendre de retour

Je pense à Covix , Océanique , Missfujii ….

Ceci était ma participation au défi 186

mené par Lénaïg

chez les Croqueurs de Môts.

Donnez le meilleur de vous même !!!

Après toute cette campagne électorale merdique,

Je me sens aujourd’hui d’humeur poétique.

J’ai trouvé ce petit poème qui en dit long sur ce que je pense de la politique;)

Voici ma participation au jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

Mené cette quinzaine par Lénaïg

Sur un thème au choix ou s’appuyer sur ces deux mots :

ici et ailleurs.

Malgré l’humour et la vertu

Il faut ici montrer son cul

Malgré la haine et la fierte

Il faut ici se défroquer

Malgre l’amour et la tendresse

Il faut ici montrer ses fesses.

Poussez ! poussez ! les constipés

Le temps ici n’est pas compté

Venez ! venez ! foules empressées

Soulager là votre diarrhée

Car en ces lieux souvent chéris

Même le papier y est fourni.

Soit qu’on y pète, soit qu’on y rote

Tout est permis au sein des chiottes

Mais ? graine de vérole ou de morpion

N’oubliez pas d’vous laver l’fion

De ces WC tant usités

Preservez donc l’integrité.

Rendons gloire à nos vespasiennes

De faïence ou de porcelaine !

Que l’on soit riche ou bien fauché

Jamais de classe dans les WC

Pines de smicards ou de richards

Venez tous voir mon urinoir !

Qu’ils s’appellent chiottes, goguenots, waters

Tout l’monde y pose son derrière

On les dit turcs ou bien tinettes

Tout est une question de cuvette

Quand celles-ci se trouvent bouchées

Nous voilà tous bien emmerdés.

Entrez, entrez aux cabinets

Nous raconter vos p’tits secrets

Savoir péter c’est tout un art

Pour ne pas faire dans son falzar.

Si cet écrit vous semble idiot

Torchez-vous-en vite au plus tôt

Si au contraire il peut vous plaire

Affichez-le dans vos waters.

-Auteur inconnu-

Pas très présente en ce moment

Je fais tout mon possible pour vous lire

que ce soit ….

Ici ou ailleurs 😮

Comme le chien revient à son vomissement, le sot retourne à sa folie.

Ma pauvre Irène

Tu me fais de la peine.

Quand je te regarde cracher ta haine

Je cherche chez toi l’humaine

Et je ne trouve que la hautaine.

Les mensonges et les insultes tu enchaînes

Tu ris comme une hyène

Qui a mauvaise haleine.

Ta politique est malsaine

Tu me files la migraine

Lorsque tu parles d’une France souveraine.

Tu te prends pour une sirène

Tu n’es qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

Que tu es vilaine…

-dimdamdom-

La cour de récré de Jill BillChère M’dame Jill Bill,

Pardonnez-moi ce retard et cet article ciblé.

Je n’aime pas parler politique

mais l’heure est grave.

Je suis devant le débat entre les deux candidats élus

au premier tour des élections françaises et …

… cette femme est odieuse

je n’ai pas de mots pour la qualifier.

Je n’approuve pas vraiment la politique de son adversaire

mais ce soir je le félicite d’avoir répondu à cette sorcière

avec beaucoup de dignité.