Le porteur de lumière!!!

asphodèle-150x150

Je vous présente le plus ancien poème de Charles Baudelaire,

Le porteur de lumière, écrit en 1835 alors que le poète tenait à peine 14 ans.

Ce texte inconnu (et fascinant) est explosif,

Si nous ne pouvons pas définir exactement la qualité de la poésie,

Nous pouvons  tous affirmer sa puissance qui nous enveloppe.

Ce poème est suivi de clichés

Que j’ai pris du bout de la planète

Où je me sens bien voire beaucoup mieux!!!

 

Le porteur de lumière

 

L’on me nomme univers et l’on me dit obscur

Mais qui vient vers moi rencontre mes étoiles,

Et qui m’envoie ses yeux comme on hisse des voiles

Connaitra du passé les rêves du futur.

 

Je sais la terre une île, infantile et enceinte,

Guettant à l’horizon un soleil différent,

Car étant l’univers je suis aussi parent,

Et je sais son désir de se retrouver sainte.

 

Quand vous me contemplez sachez que je vous vois

Soulever vers mes cieux vos regards pleins d’ivresse,

Et qu’à travers chacun je grandisse sans cesse

Car je serais en vous si vous croyez en moi.

 

Qui cherche pour changer me trouve au fond de l’âme,

L’on me nomme univers et l’on me dit sans cœur,

Et si je parais noir ainsi qu’un étrangleur

C’est pour mieux éveiller votre désir de flamme.

 

(Charles Baudelaire/1835)

le cap 1

matin coton sur apln-blog

15 réflexions sur « Le porteur de lumière!!! »

  1. Bonjour Dominique,

    Un magnifique poème que je connaissais absolument pas du tout. Une merveille d’écriture (et il avait seulement quatorze ans).
    C’est assez extraordinaire.
    Je commence à émerger et refaire mon retour tout doucement. J’aimerais beaucoup participer aux défis des « Croqueurs de mots » Mais j’avoue que j’ai un peu perdu le fil et je n’ai pas pris note des dates des prochains. Pourrais tu me les communiquer ? Merci encore pour tes visites, encouragements et gentils commentaires pendant mon absence. A bientôt j’espère. MERCI.
    Bises bien amicales.

    Henri.

  2. Je ne connaissais pas non plus ce poème et je dis : bravo ! Il avait déjà du talent même si parfois la rime est hasardeuse, on sent un monde en gestation qui se prépare à déferler…
    La mer est belle en ce moment, j’adore les vagues, profite de cette échappée belle !!! 😀

  3. Merci de ce magnifique partage Domi !
    Continue de te sentir mieux, ça fait plaisir à lire !
    Bonne et douce poursuite de ce jour à toi,
    Gros becs de mon Québec.

  4. Bonsoir et merci de me faire connaître en passant par chez Asphodèle, ce très beau poème, alors que l’auteur était encore bien jeune.
    Après lecture, un visionnaire lorsque je pense à Philae, le robot qui essaie de rester accroché à cette comète. La poésie n’a pas d’âge. Elle nous entraîne par les mots dans l’insondable du coeur et de l’âme, de leurs mystères.
    Bonne nuit.

  5. Quand on pense qu’il n’avait que quatorze ans. J’aime ce poème. L’univers cet inaccessible qu’on souhaiterait connaître, il peut être attirant et parfois repoussant aussi. Merci et beau week-end. Bises

Répondre à Denise Doderisse Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.