Tenue de soirée pour crépuscule

Pour ce premier défi 259, c’est ABC (Jardin des Môts)

qui nous propose le thème suivant :

Tenues de soirée pour crépuscule

laissez vous guider par ce que vous inspire ces deux photos …

Je reviens d’un voyage épuisant du bout de la planète.

J’ai cherché le silence dans l’insomnie

De mes jours et de mes nuits

Et j’ai trouvé en échange

Un contact voluptueux avec la nature.

Il m’arrivait certains matins d’être remplie d’ivresse

Lorsque je suivais des yeux le vol de centaines d’ oiseaux ,

Virevoltant en sarabande

Dans un ciel de nuages blancs et cotonneux .

J’ai rêvé de solitude,

Les soirs où je ne trouvais pas le sommeil ,

Je cherchais dans le ciel ténébreux

Rarement étoilé le passeur de lumière

Qui me préparerait au prologue de la nuit.

Mais mes yeux ne pouvaient baisser pavillon

Devant tant de beauté aussi sombre fut-elle.

Mon coeur était en fête à chaque reflet

Qui transfigurait le paysage.

Chaque jour était pour moi un recommencement

Auquel j’assistais avec délice

J’étais partie pour me ressourcer,

Avec pour tout bagage, mes amis, mes amours,

Laissant derrière moi mes emmerdes,

Mais c’était sans compter

Un gros vague à l’âme

Venant assombrir mon ciel

Et réveiller mes tourments.

-dimdamdom-

C’était il y a sept ans jour pour jour, je changeais de vie !

Ca ne s’est pas fait sans mal, mais aujourd’hui je ne regrette rien

Cela m’a permis d’entrer en contact avec mes propres émotions.

 

En regardant le coucher du soleil …

C’était une nuit tout à fait ordinaire en dehors de l’orage qui avait fait rage.

Mon tendre époux et moi avions eu pour une fois l’opportunité de prendre quelques

jours de repos bien mérités au bord de l’océan.

Loin de nos obligations, nous savourions ces instants oniriques,

lui et moi étions en osmose.

Du bord de la fenêtre ouverte nous contemplions le spectacle qui s’offrait à nous.

La côte opale, prenait des reflets or et argent, au loin nous entendions quelques

octaves faisant penser aux orgues d’une église.

C’était l’oubli total, une légère brise, aux arômes d’orange et d’orchidées

secouait à peine l’orme que mon grand-père avait planté dans le jardin

quelques années auparavant et qui servait d’ombrelle par temps ensoleillé.

Mon époux souvent, avait songé couper cet arbre.

Oh mais quelle offense pour mon grand-père à qui j’avais toujours voué

respect et obéissance.

Oui mais pour mon mari c’était devenu une obsession c’était lui ou mon grand-père …

C’est alors que cette ode prit fin brutalement, je fermais la fenêtre…. Windows

et nous partîmes nous coucher quelque peu courroucés.

-dimdamdom-

Voici ma participation au premier jeudi poésie chez les Croqueurs de Môts

mené par ABC (Jardin des Môts)