Défi 260, spécial dédicace à M’amzelle Jeanne !

On l’appelle M’amzelle Jeanne

Je l’ai connue chez les Croqueurs de Môts

Lorsque j’ai repris la Communauté en 2014

Après Brunô le fondateur et Tricôtine

 Depuis, on ne s’est plus quittées

Elle m’a donné le goût des môts, de la poésie

Et bien plus encore ….

Depuis nous nous sommes rencontrées réellement

Comme j’ai rencontrés beaucoup d’autres.

Mais avec elle, j’ai ressenti un petit plus.

Elle m’a appris la sagesse, l’humilité, le partage

Et je la remercie !!!

Aujourd’hui, ma chère amie Jeanne

Je t’offre ce petit poème qui est pour moi

le plus beau cadeau qui m’a été offert sur mon blog

par mon amie Argi que j’ai eu, tout comme toi,

le plaisir de rencontrer dans son Pays Basque.

A mon tour de le partager avec toi !

Pourquoi nous aimons nos blogs et tous les vôtres bien sûr .

Qui donne ? Le donateur, c’est-à-dire le poète…

Il se trouve investi d’une fonction éminente :

Donner aux hommes un objet qui est constitué

De leur bien le plus propre et peut-être le plus dangereux : le langage.

A quel titre, de quel droit le peut-il?

Il faut ici ouvrir une parenthèse et rappeler que le poète

Est lui-même présenté par la tradition comme doté ou doué d’un don:

Celui qui précisément consiste à pouvoir composer des poèmes.

Ce don, il le reçoit des dieux, voire, pour chaque texte particulier,

De la muse qui l’inspire.

Et il semble bien que son pouvoir de donner du langage

ce qu’on appelle « inspiration »

Soit proportionnel à son élection.

« Les vers sont faits pour être donnés, et qu’en échange on vous donne quelque chose

Qui ressemble à de l’amour. »

La lecture: réception du don.

Ne pourrait-on dire également que la réponse la plus évidente au don du texte n’est

Autre que la lecture?

Au silence de l’écriture s’accorde le silence de la lecture.

Ce sont là deux expériences « réservées » du langage.

Un échange éminemment verbal mais éminemment silencieux,

Dans la distance, dans l’inconnu.

L’accord musical est parfait quand l’écrivain ne connaît pas son lecteur,

Ni celui-ci son auteur.

Alors, l’un se substitue à l’autre…

La lecture est par excellence le moment où s’accomplit l’offrande.

Où le texte est reçu, goûté, apprécié, intériorisé peut-être.

Elle est le moment de la pesée du cadeau,on l’apprécie et de sa pensée,

On le déchiffre, on l’interprète, ce moment ou le langage d’un autre vient

Au contact de notre propre langage.

Le vrai remerciement du lecteur au texte donné est la pensée.

A proprement parler, dans l’écriture et la lecture il n’y a pas d’échange,

Pas de communication.

Mais deux modalités de la solitude comme ouverture à autrui.

D’un côté une solitude ouverte sur un don,celle de l’écrivain,

De l’autre une solitude ouverte

Sur une réception celle du lecteur.

Le don serait finalement cette ouverture même, cette ouverture ou cette clairière,

Sentie comme sortie de soi, accueil de l’autre…

Le texte offert est d’abord cadeau.

Il dit ce qui n’est plus, ce qui n’est pas encore, ce qui ne sera jamais, et,

Le disant, l’écrivant,

Il le rend présent.

Plutôt qu’un poème, on offre son écriture. On offre de son temps,

Celui que l’on a passé à l’écrire.

Le poème vaut moins comme objet que comme acte,

surtout pour celui à qui il est destiné,

Qui d’abord en retient le geste, ou l’intention.

Offrir un poème, ce serait peut-être comme offrir un geste, esquisser un geste.

On offre des vers, des rythmes, des images et des rimes,

C’est à dire un univers mesuré et harmonieux.

On ne donne pas une chose, on offre des signes,

un ensemble de mots où il est question

De choses et d’autres, dans des mots choisis.

« Le poème, en tant qu’il est, oui, une forme d’apparition du langage,

Et par là, d’essence dialogique,

Le poème peut être une bouteille jetée à la mer, abandonnée à l’espoir

-certes souvent fragile- qu’elle pourra un jour, quelque part,

Etre recueillie sur une plage,

Sur la plage du coeur peut-être.

Les poèmes, en ce sens également, sont en chemin :

Ils font route vers quelque chose.

Vers quoi?

Vers quelque lieu ouvert, à occuper,

Vers un toi invocable, vers une réalité à invoquer. »

Par Jean-Michel Maulpoix

15 réflexions sur « Défi 260, spécial dédicace à M’amzelle Jeanne ! »

  1. Bonsoir la ompagnie, les aminautes qui se rencontrent, cela arrive, mais reste le plus souvent une amitié de blog…. Et quand elle dure au fil des années, se voir de temps à autres, c’est appréciable…. merci pour Jeanne, que je ne connais qu’à travers la blogosphère, je rendrai hommage dans le lundi/défi, amtiés, JB

  2. Je suis troublée; émue par tes mots choisis..
    que je ne pense pas mériter !
    Cependant, trop heureuse et fière,
    j’accepte de tout coeur..
    Quel beau cadeau, tu m’offres là ..
    Si j’aime les mots, l’écriture, la lecture..
    Je ne penses pas être poète,
    car ma poésie à moi est très simple..
    Guidée par l’Amour des mots..
    de l’autre .. du prochain.. de la vie et de ses soucis!
    Très heureuse d’avoir pu être acceptée..
    Au début, il m’a fallu montrer patte blanche pour participer.. !
    Lors de participations à des Ateliers d’écritures,
    J’ai eu la chance de rencontrer des écrivains de renom
    Hubert Haddad.. Olivier Château Renaud et tant d’autres
    Je les remercie pour l’amour des mots qu’ils ont suent me transmettre
    Tant de douceurs.. sont dites dans les poèmes les plus simples.
    Et en simplicité, les Haïkus m’ont passionnés.
    J’ai été ravie lors de chaque participation et vous remercie infiniment
    Pour votre gentillesse, faire partie d’un groupe est chose importante
    Se sentir attendue lors de la remise du texte demande effort
    Honorer de votre mieux les amis qui participent
    Être dans la course, sans décevoir!
    Domi, tu es une personne exceptionnelle…
    MERCI Pour cet honneur que tu me fait…
    C’est Exceptionnel !
    Merci à vous toutes Mesdames, chères Amies

    Et Maintenant…CHAMPAGNE !
    Levons nos verres à l’amitié.. à la continuité !
    Hi Hi..

  3. Bonjour madame Dim Dom , c’est une belle idée que cet hommage à nos deux amies d’écriture.
    d’après la liste il semble que ce soit au tour des Cabardouche de lancer un défi, non ? merci de nous le confirmer pour que nous puissions tricoter un sujet .
    bises de nous deux.

  4. une bien belle dédicace à Jeanne que tu as rencontré et qui t’a accompagné sur les blogs et autrement et qui continuera à te suivre. la poésie est si diverse et si diversement partagée ou pas. C’est un bien bel hommage à M’amzelle Jeanne et à votre chaleureuse amitié bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.