Des mots, une histoire pour Olivia Bellington!!!N°58

 

http://i41.tinypic.com/2m650kn.jpg

 

L’édition 58 de Des mots, une histoire de

Olivia Billington

A pour récolte ces mots :

cacophonie – (cicatrice remplacé par) cochon – grésillement – jettatura – aboiement

– printemps – cycliste – blessure – amer – signature – mobilisation – promotion

– tradition – balcon – héroïne – solitude – écran – tremblement – bredouille

– égarement – oral – dévotion – extravagance – copuler – lassitude – virgule

– brousse – épuisée

 

Alors voilà chère Olivia

C’est avec grand plaisir que je participe pour la troisième fois

 A ce défi en essayant d’y apporter ma touche d’originalité

Donc voici mon texte fiction

Où toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existées

Ne serait que pure coincidence

 

C’était un de ces matins de printemps

Je me levais comme d’habitude virgule

Avec une certaine lassitude point à la ligne

Je me sentais déjà au réveil, littéralement épuisée

J’avais passé ma nuit à préparer ma promotion

Pour le prix Goncourt pour lequel j’étais nominée

L’histoire de mon roman était celle de la mobilisation d’un village

Victime d’une jettatura pleine d’extravagance qui semait la panique

En jetant de mauvais sorts sur ceux qui ne respectaient pas

Cette tradition ancestrale

Qu’il est interdit de copuler avant le mariage.

Je me dirigeais vers le balcon

Telle une héroïne en proie d’une grande solitude

J’ouvrais la fenêtre et en voyant mon jardin

A l’état de brousse je fus prise d’un léger tremblement

Il fallait que je me ressaisisse au plus vite

Soudain je fus prise d’un vertige

Il faisait déjà bien chaud pour la saison

Quelques odeurs de cochon venant de la porcherie voisine

Me donnaient la nausée.

L’aboiement rauque de quelques chiens dans le voisinage

Provoquait une telle cacophonie que dans un moment d’égarement

Je basculais lourdement par dessus la balustrade.

J’ouvrais les yeux, j’avais un léger goût amer dans la bouche

Un cycliste me voyant en détresse, vint soigner avec beaucoup de dévotion

La petite blessure que je m’étais faite à la tête.

Il voulut tel le prince charmant me déposer un petit baiser

Ma réaction fut si brusque qu’il repartit bredouille, ah le pauvre garçon.

Quand soudain un grésillement sur l’écran de mon ordinateur

Me rappela à l’ordre ou peut-être était-ce cette jettatura???

Toujours est-il , que dans moins d’une heure je passe mon oral

Et j’espère recevoir cette signature qui me permettra

De devenir un grand écrivain!!!

 

 

 

 

 

 

 

  • Plus

 

Partager l’article !
 
Des mots, une histoire pour Olivia Bellington!!!N°58:
 

 

L’édition 58 de Des mots, une histoire de

29 réflexions sur « Des mots, une histoire pour Olivia Bellington!!!N°58 »

  1. Quel talent, quelle mise en image des mots…

    Clap clap clap, et la foule en délire de jeter des bigorneaux aux yeux bleus :))

    Bisous La Lumineuse.

    Je t’envoie de mon soleil ainsi tu en auras encore plus.

  2. Et bien voilà, je te décerne le prix   tu es un grand écrivain qui me donne le sourire… Trop drôle ton texte puis la chanson qui l’accompagne lui va à ravir .

    Bisous Domi

    Corinne

  3. Voila domi, je viens de m’inscrire pour le principal. Pour le second, je vais changer de plate-forme pour un article par mois (l’album du mois) mais seulement… lorsque j’aurai un peu plus de temps devant moi.

    Bisous domi

  4. et alors ma Domi, on a pas voulu du baiser de ce gentil cycliste? qu’est-ce donc ces manières, lui qui voulait le faire de si bon coeur, puait-il du bec? Aurais-tu vu en lui simple cochon ou chien batard? ….. pour le reste on sait qu’il s’en est allé bredouille hein! Belle journée quand même, quand je trouverai affalée comme une crêpe suzette sur un trottoir après une lourde de chute de ton balcon, je te ferai un ti bisou quand même hein! doux bisous et prends bien soin de toi♥

  5. Waw ! Décidément passionnée par les mots ! Bravo pour ce merveilleux poème à la voix ample. Une pensée pour les enfants, leur bonheur est devenu un malheur , que ce monde est dur. Milles bises Domi

  6. Bonjour ma belle,

    Je ne t’oublie pas, je manque de temps.

    Je ne sais pas m’inscrire chez les nuls, il refuse mon mail et mon mot de passe, je ne sais pas ce que je peux faire ?

    Bonne fin de semaine, bisous.

  7. Hau Domi,

    oulalala..pas prête à faire un exercice de ce genre…pas trés éveillée aujourd’hui, plutôt engourdie mais ça passe. J’ai mis les liens pour l’Annuaire espérons que ça fonctionne et j’ai commencé à faire des coucous sur blogs inconnus! Par contre, à part un mot « en direct » , je n’ai pas vu pour laisser des coms…Ok je suis engourdie et… embrumée du cerveau aussi ! En tout cas, je vois que tu n’arrêtes pas, Bravo!

    Ton texte fiction est vraiment bon , continue…tu iras loin!!! MDR

    des bisous, bonne jounrée, toksa ake

  8. En théorie toutes les sociérés qui s’appuient sur des religions interdisent la copulation avant le mariage mais en pratique Dieu et les cyclistes sont plus tolérants.

  9. C’est pas gentil ça de laisser le cycliste pédaler dans le vide de son affection 😉 Bravo pour ton texte, très sympa à lire et qui fait sourire ! C’est bon !

     

    Coincoins gourmands !

  10. Salut Domi

    je vois que tu y prends goût à ce jeux et tu as raison! Quand je pense que moi j’ai du écrire deux pages pour aligner les mots alors que toi tu les fais en 15 lignes: la jalousie monte!!!!!!!!!

    Amitié sincère.

    Moi aussi j’ai été touché et ému par le drame de ce bus et admiré la retenue du peuple belge.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.