On s’aimera!!!

 

jeanne-eyre

Bonjour Mathieu,

Je pose à l’instant  le roman de Clémentine Célarié

dans lequel tu joues le personnage principal.

J’avoue que je me suis empressée d’en commencer la lecture

afin de pouvoir répondre au défi 160

chez les Croqueurs de Môts mené par Lénaïg.

“On s’aimera” ce livre, au titre emprunté à un célèbre chanteur

dont je vous laisse deviner l’identité, raconte l’histoire d’une famille engluée

dans sa richesse matérielle, smartphone, écrans divers,

et autres symboles du progrès de la technologie

et  se retrouve soudain bloquée dans sa luxueuse maison

par une violente tempête de neige ….

Je suis admirative, Mathieu, devant ta détermination

de vouloir réunir cette famille de “geek” complètement à l’Ouest.

i'm accro

Je ne sais encore si tu es parvenu à leur réapprendre à se parler,

à s’écouter, à se regarder, à se toucher, à s’aimer

mais j’apprécie ta persévérance et le ton enjoué que tu as utilisé pour y arriver.

Alors il faut que je te dise pourquoi j’ai choisi cette lecture.

Tout comme toi Mathieu je me retrouve bloquée par une violente tempête dans ma vie.

Avant j’étais engluée dans une ambiance, métro, boulot, dodo, famille,

quand un tsunami a tout fait basculer.

Alors je me suis réfugiée derrière des écrans divers ,

chaque matin je me levais en mettant mes statuts à jour

puis je faisais le tour de mes contacts virtuels.

Après la pause café je commentais le statut ou l’article

de Pierre, Jacques ou Paul, puis voila cool j’avais un nouvel ami.

Avant midi j’allais vite voir si l’un ou l’autre

avait commenté mon dernier article et …. rien.

Je me suis retrouvée désarmée avec le sentiment

que mes amis me délaissaient parce qu’il n’avaient

que faire de mes états d’âme.

Maintenant j’aimerais tant qu’un petit gars comme toi Mathieu

m’aide à retrouver ma vie d’avant .

Du coup je me suis posée quelques questions afin de comprendre

pourquoi je suis tombée dans cet engrenage.

Pour se faire je me suis inspirée d’un article dans un magazine

Que j’ai un peu tourné à ma sauce!!!

Voici ce qu’il nous dit :

Pourquoi sommes nous addicts aux réseaux sociaux et pas que

Simplement, enfin c’est pas si simple,

parce qu’on se façonne une vie parallèle.

On a besoin de reconnaissance,

mais on ne la trouve pas dans la vie réelle.

Alors que sur les réseaux sociaux, blogs y compris

on a l’impression d’être une super star

parce qu’on a des centaines d’amis même des grandes stars

Qu’on ne connait, ni d’Eve, ni d’Adam enfin parfois on les connait

Ce qui m’a valu un coup de gueule un jour sur mon compte privé de FB

On nous tague un peu partout, on réagit à notre statut,

On s’extasie qu’on puisse se lever le matin

Prendre son bain, manger aller aux toilettes …

On nous oblige à aimer et commenter

Ne pas aimer, est une chose impossible

On s’expose sur les photos, de nos vacances, de nos soirées

On expose, nos amours nouveaux ou déchus.

Bref on fait notre People en nous fabricant une image.

Et le comble, c’est qu’on adore ça et on en redemande!!!

On y cherche aussi un psy à moindre coût

On  utilise les blogs et les réseaux sociaux comme thérapie.

Ils sont notre confessionnal.

On n’est pas face à la personne à qui l’on se confie.

Il n’y a ni pleurs, ni cris, ni silences, ni regards

Qui en disent long,  juste des mots et des smileys.

Et ça fait tellement de bien de “PARLER”

Que finalement, dès qu’il nous arrive le moindre évènement,

On envoie un message à l’un de nos contacts

Et on attend impatiemment derrière son écran une réaction.

D’ailleurs il me tarde de voir vos commentaires 😉

J’aime beaucoup le livre de Clémentine Célarié qui nous ouvre les yeux

sur une virtualité devenu hélas tellement réalité.

Umberto Eco

 

 

24 réflexions au sujet de « On s’aimera!!! »

  1. Bonsoir Domi, que tout cela est vrai, misère de nous, accrochées comme des moules à leurs rochers, nous attendons la réponse d’un “Aminaute” , on est parfois déçu, ah bon, cette personne n’est pas celle que je croyais…..pour mon compte personnel, j’aime bien les blogs, j’y ai quelques amis, mais par contre les amis inconnus de face book , ça va , ça vient, je ne m’attache pas comme à ceux des blogs. Mais toi Domi, tu t’es complètement investie dans ce monde virtuel, tu as donné , donné, bien sûr que tu n’attendais rien en retour, mais quand tu as eu besoin, qui a été là? allons ma Belle , ne t’en fais pas, fais ce que bon te semble , reposes-toi, prends le temps de vivre pour toi, allez je t’embrasse très fort ce soir, pas de petits bisous qui volent, de l’un à l’autre, juste pour toi ce soir , un baiser d’amitié virtuelle mais sincère. Bonne soirée bisous MTH

  2. Je n’ai pas de smartphone, je suis déjà accro à mon ordinateur 😆 Un peu de réseaux socio et un peu plus les blogs . J’ai mis mon texte ce matin sur le mien mais je ne sais pas si cela convient ( je n’ai pas d’inspiration en ce moment) 👿 Bonne nuit 🙂

  3. Bonsoir Dim, je ne connais pas ce livre… en effet cette famille plongée dans les technologies n’a plus grand chose à se dire… triste fait de notre société ! Umberto Eco n’a pas tort, je n’ai pas de FB et n’en veux pas, un blog suffit largement, même pas pour étaler ma vie privée, juste relever des défis d’écriture… un jardin secret ne se partage qu’avec son conjoint, ses proches… mais libre à chacun d’en avoir un de FB, dommage que certains en face un outil pas très clean, de bêtise et autre méchanceté qui pousse au suicide parfois… eh oui drôle de monde qui ne fait pas que le bien…. Bonne soirée de la part de jill, bises

  4. Bien que je sois épuisée ce soir, je ne peux m’empêcher de réagir à ton billet et en dire ce que j’en pense : Tout d’abord Umberto Eco résume exactement le fond de ma pensée : trop de gens qui se prennent pour des stars ou qui croient que leur vie va changer avec FB ! FB pour moi est anecdotique, je n’y suis ni accro, ni “régulière”, je n’y vais souvent que pour me détendre de mes dures journées au Scrabbble essentiellement et je fais un rapide tour chez les “vraies copines” pour voir si tout va bien (parfois sans liker). Mais ceux qui me connaissent ne se formalisent pas de ma présence ou de mon absence là-bas car je n’ai pas forcément envie de partager mon quotidien, ma vie, ma voiture en panne et autres con***ies qui me navrent ! C’est là que je me dis que ces gens feraient mieux d’aller au bistrot ou chez leur coiffeuse raconter leurs misères du jour (comme leurs bonheurs d’ailleurs) et qui n’intéressent pas grand-monde… En revanche, il se tisse sur les blogs de vraies complicités qui parfois aboutissent à de vraies amitiés qui durent (très peu dans le lot mais c’est déjà bien) ! Et pour un blog pareil, nous ne sommes pas obligés de le commenter quand nous n’avons rien à dire sur tel ou tel billet mais ce qui n’empêche pas une certaine complicité avec celui ou celle qui le tient ! Il arrive aussi que l’on soit déçu ! Mais il ne faut pas en attendre le Graal là non plus ! Internet n’est que le reflet de la vraie vie, avec tout ce qu’elle a de mieux et de pire ! Et quand on a des soucis, nous avons des tas de soutiens virtuels mais très peu de “réels”, il faut s’y faire ! FB ce n’est pas Lourdes, pas de miracles, ça se saurait !
    VOILA ! Gros bisous Domi et ces échanges ponctuels, que nous avons sont peut-être plus sincères que les dizaines de “likes” impersonnels de gens que nous ne connaissons à peine ! Gros bisous et bonne nuit ! 😉 Cette fois je déconnecte !

  5. Oh ! Domi, magnifiquement bien relevé, ton défi ! C’est tout à fait collé à la réalité, en effet ! Bravo et bon mardi tout entier ! Bisous♥

  6. On a tous besoins de reconnaissance et comme on l’a de moins en moins on communique de plus en plus virtuellement pour l’obtenir en retour sans trop s’impliquer non plus dans la relation bien à l’abri derrière notre écran. Si l’on communique sur les réseaux sociaux cela en ne croyant pas à l’amitié virtuelle juste pour communiquer sans rien attendre d’autre, c’est très bien. C’est quand on croit s’être fait des amis que dure est la chute. Il faut différencier les blogs. deux des miens sont citoyens, j’y communique pour rendre service à ceux qui habitent dans mes villes en leur passant de l’information. Je suis heureuse qu’ils apprécient sinon j’aurais l’impression d’être inutile. Cela m’a permis de me préparer à la retraite. J’ai toujours une fonction sociale. Quant à quai des rimes cela me permet d’être lue sans publier. Je me suis fait quelques vrais amis mais pour cela il faut dépasser le virtuel et se rencontrer. Facebook c’est différent, c’est du zapping. On y apprend aussi beaucoup. Je comprends ceux qui expriment sur ces réseaux sociaux leurs difficultés dans des périodes difficiles de leur vie cela permet d’évacuer de confier mais ils n’auront rien en retour. Pire ils susciteront l’agacement car ils rappelleront à beaucoup leurs propres difficultés. C’est l’écoute qui est importante et comment peut on obtenir de l’écoute sur facebook ou autre dans un monde de bavards. Bisous

  7. Joliiiiiiii. J’ai eu une période accro aux écrans, et puis, après, loin là-bas, je me suis inscrite sur un réseau social, pour rester en contact avec enfants et amis, mais l’internet étant limité, accro ou pas, fallait éprgner son temps de connexion. Plus tard, revenue en france, j’ai vécu dans une zone blanche, ou pire qu’à mada, pas d’internet du tout, ça aide bien à prendre ses distances avec la toile 😆 😆 😆 😆 😆 Maintenant revenue à la civilisation, j’ai opté pour le : un peu, oui, pour ne pas finir complètement isolée, mais même si j’apparais connectée sur le réseau social, par habitude et puis aprce que mon PC ouvre systématiquement les onglets en cours lors de la dernière mise en route, mon accès internet me sert essentiellement maintenant à me brancher sur de chaines de musique… Voili voilou la pensé du jour 🙄 Je te bise, très fort

  8. Eh eh tu as raison les blogs sont juste un prétexte pour nos textes ! j’apprécie beaucoup ta conclusion avec Monsieur Eco ça fait réfléchir sur la démocratie…
    bizzzzzzzzzzzzzz Domi
    (je ne regarde pas tous les matins…mais assez souvent !)

  9. Pas facile de n’être qu’avec des contacts virtuels… On attends trop des autres… Prenons donc nos vie en main et rencontrons des gens de chair, d’os et d’idées 😉 c’est valorisant!!
    Gros bisous, bonne journée… Et vive les gens et vive toi 😉

  10. Whaouh alors là bravo pour ce défi si bien relevé Domi, en plus une conclusion qui nous mène à une juste réflexion . Les réseaux sociaux comme facebook sont pour moi à différencier des blogs . j’avoue n’y aller que peu souvent pour voir des photos des ami(e)s qui n’ont pas de blogs ou pour certains jeux . Mais le blog c’est pour moi une merveilleuse façon d’apprendre et de découvrir rien que par la diversité des réponses aux différents défis et ateliers , de jouer aussi là je pense aux jeux de Jill qui donnent l’occasion de faire chauffer les neurones . C’est bien sur aussi une possibilité d’aller à la rencontre d’autres personnes , c’est comme ça que du virtuel on peut tres vite passer au réel , je pense à un certain nombre d’amis et amies de ma région qui le sont devenus grâce au blog . Mais c’est vrai, il est très dangereux de dépendre entièrement des réactions des réseaux sociaux , de temps à autre il est nécessaire de prendre de la distance . Tiens, je me demande si nos enfants et petits enfants en seront capables .
    Bonne journée Domi
    Bisous

  11. Bonjour,
    c’est vrai que ce monde “connecté” nous bouffe la vie, pourtant on s’y attache. J’aime le monde des blogs, c’est différent de FB et autres oiseaux. J’ai un compte FB, j’y vais peu, juste pour quelques nouvelles de relations qui me sont chères.
    Un livre qui ne laissse pas indifférent, notre univers est en plein bouleversement.
    Bonne soirée
    Bises

  12. le virtuel est virtuel…la vraie vie c’est quand on a de vraies relations suivies….Pour moi (et je sais que tu ne penses pas la me^me chose)c’est s e voir, se fréquenter et se coltiner sa propre réalité en la frottant à la réalité d e l’autre….Les blogueurs que je n’ai me^me pas eus au téléphone sont des relations éphémères me^me si elles ne sont pas sans valeur; et non pas mes amis ou mes copains…Ils ont leur vie, ils la racontent ou l’inventent dans leur blog,on n’est pas dans l’échange mais dans la juxtaposition….çà fait moins mal quand çà pète….Bisous Domi j’espère que tout va bien chez toi et pour toi

  13. je n’ai pas de compte face book juste mes blogs bien modestes et je me dis que je passe trop de temps derrière mon écran mais c’est aussi une soupape et il me permet de rompre un certain isolement que je subirais de toutes façons. Si je parle à la première personne, je pense être loin d’être la seule personne dans ce cas. Je ne suis pas tout à fait sûre que passer toute sa journée devant certaines émissions de télévision ne soit pas aussi délétère.
    Sans compter que je ne suis pas d’accord avec la citation de Umberto Eco qui aurait dû se faire petite souris au marché samedi dernier. La capacité de nuisance et de malveillance n’a malheureusement pas besoin d’internet pour faire son oeuvre. Et tu sais quoi, j’ai été tentée de les faire taire ces haineux arrogants, et tu sais quoi ? Je l’ai fermée, persuadée que de toutes façons je perdrais mon temps …
    bises et belle soirée

  14. On parle de plus en plus à notre écran et de moins en moins avec les gens qui nous entourent ; on appelle cela “le progrès!
    Je n’ai pas lu ce livre , mais d’après ce que tu en dis, il décrit bien tout cela .Bises

  15. Coucou Domi

    Merci Domi de ce coup de gueule en guise de défi qui amène à réfléchir sur nos capacités à s’auto-enfermer sur réseaux sociaux et blogs…
    C’est vrai que le monde devient fou, rivé à ses écrans… réunions de jeunes devant les collèges ou lycées…. portable en main, lisant SMS sans lever la tête ni même dialoguer avec ses voisins….
    Drogue d’autant plus puissante qu’elle valorise et singularise !
    Mais oh combien isole ! La santé se ruine à force de fréquenter les écrans et non les chemins forestiers… Le temps file à une vitesse incroyable avec l’impression de “n’avoir rien fait”, ce qui est vrai !
    Je décroche moi aussi ! ne me lance dans les défis que si j’en ai le temps et non plus l’inverse ! sinon on devient esclave ! et pourtant, comme c’est bon de relever un défi personnel : écrire ! et de savourer celui des autres…

    Réagi violemment à la citation de Umberto Eco ! qui sont les imbéciles ??? comment peut il se permettre de juger ainsi les autres que lui-même ? L’imbécile : c’est tjrs l’autre ! Quel ego surdimensionné a t il ce monsieur ! :mrgreen:
    Je me souviens d’une blaguounette enfantine : “c’est celui qui le dit qui l’ai !” Non mais ! 😉

    Cependant, tu as raison : il faudrait se contenter de la qualité et gentillesse de ceux qui viennent sur nos blogs et refuser le score !

    Gros bisous en espérant que tu retrouveras le chemin du sourire et de la paix …. et la sécurité à laquelle tout le monde aspire et a droit

  16. Florence – Testé pour vous
    Bonjour Domi…en tous les cas, ton article fait réagir 🙂
    Je pense que les réseaux sociaux (tous) peuvent devenir très rapidement une addiction, même si l’on est entouré(e), aimé(e), occupé(e), etc etc…certains y recherchent je ne sais pas quoi..oui, peut-être une reconnaissance qu’ils ne trouvent pas ailleurs…bref, oui, ça peut devenir dangereux lorsque internet devient une addiction.
    Perso, je vais quelques heures le matin faire un article, répondre aux commentaires et voilà..je n’y retourne pas de la journée, je ne suis pas accro aux commentaires, aux trucs aux machins…je me sers de mon blog comme d’un journal, pour y exprimer ce que je ressens, ce que je vois…pour FB, ça n’est pas ma tasse de thé…et twitter, je n’y vais jamais…alors oui, je pense que je m’en sors bien avec tout ça…bon, là, je cavale un peu, mes petites filles étant à la maison…bises Domi, j’essaye de repasser bien vite…et je tente de faire une recette en A…à bientôt 🙂

  17. C’est comme tout il faut savoir trouver le juste milieu et, être conscient que la vraie vie n’est pas virtuelle ! Personnellement je peux oublier de regarder mes sms pendant deux jours ! Je pense lire ce livre merci ta chronique

  18. Bonsoir Domi. Superbe et dense réponse au défi, un tryptique : compte-rendu du livre de Clémentine Célarié, réflexion personnelle et analyse sociétale agrémentée d’une citation coup de colère de feu Umberto Eco, un grand bravo ! De mon côté, j’essaie de ne pas passer trop de temps “virtuel”, justement, mais je considère que j’ai vraiment des amis sur le net comme en vrai. Les relations sont différentes, tout simplement, mais je crois qu’on apprend à se connaître plutôt bien. Je sais combien le grand changement que tu as eu dans ta vie a été dur (je t’ai lue, mais par pudeur je suis rarement intervenue, ou alors par des clins d’oeil de sympathie). Mais je sais aussi que tu viens d’être grand-mère à nouveau, quel bonheur ! Gros bisous.

  19. Coucou Domi !
    Parfois il m’arrive de me sentir un peu coupable de ne pas suffisamment visiter ceux qui laissent des commentaires sur notre page, mais pour moi, les défis et l’ordi ne sont qu’un agréable passe-temps, sans plus (ce doit être compliqué lorsqu’on devient accro à cet Engin…) Tout le monde cherche de la reconnaissance et les marques de sympathie, qui redonnent foi en soi, même virtuelles, sont les bienvenues, pourtant il ne faut pas négliger les concrètes (parfois bien plus difficiles à obtenir et à capter…) On est dans un “monde de communication” où hélas celle-ci se pratique de moins en moins face à face, les yeux dans les yeux, alors que c’est par ce biais que passe toute la palette des dits et également des non-dits…
    Je soupçonne la petite mignonne qui vient de choisir votre famille pour y naître, d’être là pour établir un magnifique dialogue nez à nez, peau à peau, quel bonheur !
    Bises Domi !

  20. copié collé de ce que j’ai répondu sur le blog de la communauté des croqueurs de mots
    oui je suis allée voir sa réponse aussi. Ne nous prenons pas la tête sur ce “quiproquo”, en bon français malentendu, qui me suggère le thème du défi en instance “quiproquo sur la date”.
    (en plus pour un lancement un 29 février qui n’arrive que tous les 4 ans c’est savoureux)
    et pour les jeudi laissons comme d’hab toute liberté et pour ceux qui préfèrent un guide “rendez-vous” et “erreur”
    Qu’en dis-tu dômi ?
    bises

  21. PS et je propose de le lancer depuis le blog participatif histoire de le faire un peu mieux connaître (en reprenant la formule de Tricôtine Pilotautomatic dans la formule de l’émetteur). qu’en dis-tu ? Je pourrai m’en occuper en fin de matinée ou cet après-midi si tu veux

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.